Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le NPD promet de faire de l'industrie aérospatiale une «priorité»

L'industrie spatiale canadienne, que les conservateurs ont « négligée », selon le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, doit redevenir une « priorité », a-t-il plaidé sur le tarmac de l'aéroport Montréal-Trudeau, à Dorval. Il a promis qu'un gouvernement néo-démocrate apporterait son « soutien concret, durable et à long terme » à l'industrie aérospatiale canadienne, dont le Québec et l'Ontario sont les principaux pôles.

Par son plan, chiffré à 160 millions de dollars sur quatre ans, la formation entend notament aider les compagnies aérospatiales à développer et commercialiser de nouvelles technologies, soutenir la création d'une chaîne d'approvisionnement d'envergure mondiale et créer un fonds de fabrication de pointe destiné aux petites et moyennes entreprises.

Thomas Mulcair a ajouté que son parti réparerait « les dégâts causés par les conservateurs » à une industrie qui fait figure de « pionnière ».

Critiquant notamment l'absence de ministres conservateurs à des événements internationaux comme le salon du Bourget, qui se tient tous les deux ans près de Paris, Thomas Mulcair a souligné que le président Obama s'était rendu en Chine quand l'américaine Boeing voulait vendre des jets à Pékin.

Thomas Mulcair a promis de se faire le « champion » sur la scène internationale dont l'industrie a besoin.

« Les innovateurs et manufacturiers du secteur aérospatial ont besoin d'un premier ministre qui défendra leurs intérêts sur la scène internationale. Je suis prêt à le faire, »

— Thomas Mulcair

Il aussi promis que le ministère de la Défense serait « plus équitable et plus transparent » entre autres pour le processus de remplacement des avions.

Le chef néo-démocrate a profité de l'occasion pour dévoiler son avion de campagne, qu'il a à la blague présenté comme « Mulcair ».

Le secteur aérospatial du Canada, c'est :

  • plus de 700 sociétés de toutes tailles, implantées d'un océan à l'autre, qui emploient plus de 172 000 Canadiens;
  • une contribution annuelle au PIB canadien de 28 milliards de dollars et, en 2013, des revenus directs de 25,1 milliards de dollars;
  • un segment de la défense aérospatiale qui représente 25 % du total du secteur canadien de la défense et près de 60 % de ses investissements en recherche et développement;
  • le troisième rang dans le monde pour la production d'avions civils et le cinquième rang mondial en aérospatiale, derrière les États-Unis, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et le Japon.

Source : Association des industries aérospatiales du Canada

Le secteur aérospatial du Québec, c'est :

  • quelque 215 entreprises;
  • un réseau de 190 PME;
  • plus de 43 500 travailleurs;
  • la deuxième capitale mondiale - Montréal - pour ce qui est du nombre d'emplois en aérospatiale, avec 1 personne sur 96 dont le travail est relié au secteur;
  • un chiffre d'affaires de 12 milliards de dollars, dont 80 % provient de l'exportation.

Source : Aéro Montréal

INOLTRE SU HUFFPOST

Les promesses de la campagne électorale

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.