Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Vatican simplifie les annulations de mariage

VATICAN — Le pape François a annoncé mardi une réforme radicale du processus qui permet aux catholiques d'obtenir une annulation de leur mariage.

Les nouvelles règles permettent notamment des décisions accélérées et retirent les appels automatiques, de manière à simplifier le processus.

Le pape a formulé une nouvelle loi qui encadre la manière dont les évêques détermineront si un problème fondamental invalide un mariage. Les catholiques doivent obtenir une annulation de leur mariage s'ils souhaitent se remarier au sein de l'Église.

L'ancien processus était fréquemment condamné comme étant compliqué, coûteux et inaccessible, surtout dans les diocèses des pays les plus pauvres du monde.

Dans le document, le pape réitère que le mariage demeure une union indissoluble et que les nouvelles règles ne visent pas à en faciliter la fin. Il explique plutôt que la réforme vise à accélérer et à simplifier le tout, pour que les fidèles obtiennent justice.

Le but ultime de la réforme, ajoute-t-il, est «le salut des âmes».

La principale réforme concerne une procédure accélérée, gérée par un évêque, quand les deux époux demandent une annulation ou ne s'y opposent pas. La procédure, qui doit être complétée en 45 jours, peut aussi être utilisée quand d'autres éléments rendent une enquête prolongée inutile.

La réforme annule aussi l'appel qui était automatiquement logé après la première décision. Des appels demeurent possibles, mais ils ne sont plus automatiques. Un seul évêque peut dorénavant gérer le tout, là où il est impossible d'assembler un comité de trois juges. L'évêque peut aussi déléguer cette responsabilité à un prêtre assisté de deux personnes.

Les catholiques se plaignent depuis longtemps de la quasi-impossibilité de faire annuler leurs mariages, un processus qui peut parfois coûter des centaines ou des milliers de dollars en frais. Le pape a demandé que ces frais soient annulés, quand cela est possible, ou à tout le moins réduits au minimum.

La nouvelle loi stipule enfin qu'un «manque de foi» peut justifier l'annulation d'un mariage.

The Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.