NOUVELLES
05/09/2015 06:00 EDT | Actualisé 05/09/2016 01:12 EDT

Primée au Pays-Bas, une photographe iranienne fait un don aux réfugiés syriens

La photographe iranienne Newsha Tavakolian, lauréate du prestigieux prix de la fondation néerlandaise Prince Claus, a décidé de verser une partie de sa récompense pour aider les réfugiés syriens et irakiens, a-t-elle annoncé samedi.

"J'ai décidé de faire une donation de 15.000 euros à des organisations qui soutiennent les réfugiés syriens et irakiens", a écrit Mme Tavakolian sur sa page Facebook.

"J'ai travaillé dans les deux pays et je veux remercier les Irakiens et les Syriens pour la gentillesse avec laquelle ils m'ont toujours accueillie", a ajouté celle qui a notamment fait, cette année, des reportages sur les combattantes kurdes qui luttent contre les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI).

La Fondation néerlandaise Prince Claus, créée par le défunt mari de l'ex-reine des Pays-Bas Beatrix pour soutenir la culture dans des pays où elle est sous-financée, a décerné cette semaine son principal prix à cette photographe de 34 ans.

"Newsha Tavakolian est une photographe autodidacte qui combine reportages photo et travail artistique pour apporter un nouvel éclairage sur la vie des populations en Iran et plus largement au Moyen-Orient", a écrit la Fondation sur son site.

"D'une haute qualité esthétique et intellectuelle, les photos, les vidéos et les installations de Tavakolian remettent en question les stéréotypes et sont une source d'inspiration pour tous les jeunes photographes au Moyen-Orient", poursuit le jury.

"Il est difficile pour moi de profiter pleinement de ce prix alors que la région où je travaille est en flammes et des dizaines de milliers de gens cherchent refuges loin de leurs terres", a réagi Mme Tavakolian.

Le prix de la Fondation Prince Clause s'élève à 100.000 euros.

Outre son aide aux réfugiés syriens et irakiens, Mme Tavakolian donnera aussi 13.000 euros pour un prix iranien (Sheed) qui récompense de jeunes photographes, 10.000 à la fondation Mahak qui aide des enfants atteints du cancer et 7.000 euros à des associations de protection des animaux.

Newsha Tavakolian a notamment travaillé pour Magnum, National Geographic et Time Magazine.

En 2014, elle avait été au coeur d'une polémique qui avait agité le monde international de la photo après avoir refusé, pour divergences de vues sur la présentation de son travail, le prix de photojournalisme de la Fondation française Carmignac Gestion.

Cette Fondation, créée par Edouard Carmignac, gestionnaire d'actifs financiers, couronne un reportage au long cours.

Mais après de nouvelles négociations avec le jury et le soutien de Sam Stourdzé, directeur des Rencontres internationales de la photo d'Arles, elle avait finalement accepté le prix.

sgh/iw/vl

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!