NOUVELLES
05/09/2015 03:48 EDT | Actualisé 05/09/2016 01:12 EDT

L'OCDE fait au G20 en Turquie de nouvelles recommandations anticorruption

Le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria a présenté samedi de nouveaux "codes de bonne pratique" contre la corruption, lors d'une réunion du G20 en Turquie, critiquée par l'ONG Transparency International en la matière.

"Il n'y a pas dans le monde un pays qui soit plus vertueux qu'un autre", a dit M. Gurria lors d'un point presse commun à Ankara avec le vice-Premier ministre turc Cevdet Yilmaz.

"C'est seulement que dans certains pays les institutions et les systèmes sont meilleurs, et qu'ils empêchent de céder à la tentation parce que l'on sait qu'il y aura une sanction", a dit le patron de l'Organisation de coopération et de développement économiques, institution regroupant une trentaine de pays riches.

Dans ces recommandations facultatives, destinées à "aider les responsables politiques à évaluer et améliorer" les législations, l'OCDE se penche sur les entreprises cotées.

L'organisation donne une série de conseils pour améliorer le droit des actionnaires, renforcer la responsabilité des directions ou encore créer plus de transparence dans la fixation des prix.

La Turquie, qui accueille cette année les réunions à différents niveaux du groupe des vingt principales économies mondiales, occupe la 64e place du dernier indice global de perception de la corruption, publié chaque année par l'ONG Transparency International, derrière des pays comme la Namibie ou Cuba.

L'an dernier, la Turquie était avec la Chine et l'Angola le pays affichant la plus forte baisse dans ce classement.

aue/pa/ php

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!