NOUVELLES
05/09/2015 08:23 EDT | Actualisé 05/09/2016 01:12 EDT

L'ex-président tchèque Vaclav Klaus lance une pétition contre l'immigration

L'ex-président eurosceptique tchèque Vaclav Klaus a annoncé avoir lancé samedi une pétition contre l'immigration, appelant le gouvernement de son pays à "garantir l'intangibilité de la frontière" et "rejeter les quotas" de répartition des migrants que préconise la Commission européenne.

"Nous (signataires de la pétition, ndlr) ne sommes pas indifférents envers les souffrances des milliers de personnes provoquées par les guerres et autres catastrophes, mais (...) nous nous opposons à la manipulation de l'opinion publique par la création d'un faux sentiment de solidarité avec ces migrants", a affirmé M. Klaus, devant la presse à Lysa-nad-Labem, près de Prague.

Selon lui, une centaine de personnes ont apposé leur signature sous cette pétition lancée sur internet (www.protiimigraci.cz) rien qu'au cours des premières dizaines de minutes.

"L'immigration massive représente une menace fondamentale pour la stabilité de l'Europe et des pays membres de l'Union européenne", indique ce texte qui met en garde devant des "risques et menaces découlant d'un mélange artificiel des nations, cultures et religions disparates".

"Il est inacceptable que les règles de l'espace Schengen soient violées, sous le label de l'UE mais surtout sous la pression de l'Allemagne et de la France, et que ces pays qui s'efforcent de respecter ces règles - par exemple la Hongrie - soient menacés de sanctions de l'UE", lit-on dans la pétition.

Le texte appelle le gouvernement tchèque à "garantir la sécurité intérieure et l'intangibilité de la frontière du pays par tous les moyens disponibles", "n'accepter au niveau de l'UE aucun quota ou mesure similaire de répartition des migrants" et "insister sur le respect des accords en vigueur en matière de la politique d'asile".

Chef de l'Etat tchèque entre 2003 et 2013, M. Klaus, 74 ans, avait déjà déclaré plus tôt cette semaine que l'Europe commettait un "suicide" en accueillant les migrants, en s'en prenant au chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, qui avait récemment jugé "scandaleuse" l'attitude de certains pays d'Europe de l'Est à l'égard des réfugiés.

jma/mc/gkg

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!