NOUVELLES
05/09/2015 04:35 EDT | Actualisé 05/09/2016 01:12 EDT

En Ecosse, le "Walter Scott Express" de retour sur les rails

Abandonnée en 1969, la ligne de chemin de fer qui traverse les paysages écossais chantés par l'écrivain Walter Scott est de nouveau en service: elle sera officiellement inaugurée mercredi par Elizabeth II au moment de battre le record de longévité sur le trône britannique.

"La reine aurait pu se rendre n'importe où dans le Commonwealth. Mais elle a choisi de faire honneur à l'Écosse", dit David Parker. Cet élu local des Scottish Borders, région frontalière au sud d'Édimbourg, n'est pas peu fier de voir la souveraine dans le nord en un jour aussi important.

Mercredi, alors que tout le Royaume-Uni et les vestiges de l'empire britannique s'inclineront devant leur reine au moment où elle dépassera les 63 ans et 216 jours sur le trône de Victoria, sa trisaïeule, Elizabeth II sera à bord d'un train.

Il quittera la gare de Waverley à Édimbourg pour descendre vers le village de Tweedbank à la frontière avec l'Angleterre, suivant un tracé mythique de 48 kilomètres.

"Les gens de la région ont attendu le retour de leur chemin de fer pendant presque un demi-siècle, c'est formidable que ces deux événements historiques coïncident", résume Keith Brown, ministre aux Infrastructures dans le gouvernement régional.

Quarante-six ans après sa fermeture décriée et une longue campagne pour la réhabiliter, la ligne des Borders Railways retrouve du service ce dimanche, avec quelques jours d'avance sur l'arrivée de la reine.

- Revanche historique -

Dans la région, la Waverley Route, appelée ainsi d'après les romans du poète écossais Walter Scott, constitue un vrai motif de fierté.

"C'est un symbole de l'âge d'or des chemins de fer écossais et désormais un moteur pour une prospérité nouvelles des communautés ici, ainsi que pour toute l'économie écossaise", ajoute Keith Brown.

La nouvelle ligne est d'abord destinée aux habitants de la région. Mais son potentiel touristique est important grâce aux livres de Walter Scott (1771-1832), père du roman historique, d'Ivanhoé et de Rob Roy, ainsi qu'à la beauté des paysages.

Sa réouverture sonne aussi comme une revanche historique et politique contre le pouvoir central à Londres, qui a estimé dans les années 1960 que la ligne n'était pas assez rentable.

Elle intervient un an après le référendum d'autodétermination du 18 septembre 2014 où les nationalistes écossais ont certes perdu leur pari d'accéder à l'indépendance mais obtenu un score (44,6%) qui aurait été complètement inespéré encore quelques mois plus tôt.

Le référendum, qui a tenu en haleine les médias du monde entier, a permis de braquer les projecteurs sur l'Écosse, explique Mike Cantlay, président de Visit Scotland, l'office de tourisme du pays. "Nous sommes un petit pays, nous ne représentons que 0,5% du tourisme mondial, alors il nous faut boxer au-dessus de notre catégorie pour sortir du lot."

En 2014, avec le référendum et des événements sportifs comme la Ryder Cup de golf, 15,5 millions de personnes ont visité l'Écosse, soit 700.000 de plus que l'année précédente, selon Visit Scotland.

al-jk/oaa/jh

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!