NOUVELLES
05/09/2015 00:45 EDT | Actualisé 04/09/2016 01:12 EDT

Dépenses record aux Etats-Unis pour combattre les violents incendies

Les violents incendies qui font rage aux Etats-Unis et mobilisent 24.000 pompiers entraînent des dépenses colossales et l'addition, qui continue à monter, s'approche dangereusement du triste record de 2002.

Lors de la seule semaine dernière, plus de 243 millions de dollars ont été dépensés pour combattre des dizaines de feux massifs, a indiqué une porte-parole du service fédéral des Forêts, Jennifer Jones.

L'ardoise monte très vite et pourrait rejoindre le record annuel atteint en 2002: 1,65 milliard de dollars dépensés.

"La saison des feux a été tragique cette année avec la mort de sept pompiers", a déploré le ministre de l'Agriculture Tom Vilsack dans le quotidien USA Today vendredi.

"C'est aussi une année record" car plus de la moitié du budget du service des Forêts a été consacré à la lutte contre les incendies, a-t-il ajouté.

L'année 2015 s'inscrit déjà comme l'une pires jamais enregistrées en termes de destruction: en raison d'incendies monstres en Alaska et dans l'Etat de Washington (nord-ouest), une superficie correspondant à 36.000 km2, plus que l'Etat du Maryland ou que la Bretagne, est déjà partie en fumée, dont plus de la moitié en Alaska.

Il n'est pas exclu que cette année dépasse le record de 2006 en termes de surface incendiée (40.000 km2), estime Jennifer Smith, porte-parole du Centre national de gestion inter-agences des incendies (NIFC).

Depuis le début de l'année, cette agence fédérale a déjà dépensé 1,23 milliard de dollars pour lutter contre les incendies, bien plus que le budget qui lui était alloué à cet effet, et doit puiser des centaines de millions de dollars dans ses autres missions pour continuer les opérations anti-feu.

Et ce, sans compter l'impact en termes de paralysie économique et de dégâts. Au moins 475 bâtiments ont été détruits dans l'Etat de Washington et en Californie, un bilan encore largement incomplet, et plusieurs milliers de personnes ont dû à un moment être évacuées.

- Le pire à venir en Californie -

Jennifer Smith fait valoir qu'on ne peut évidemment "pas prédire" comment vont évoluer le vent, les précipitations et les températures d'ici la fin de l'année, mais "le mois de septembre présente encore un potentiel d'incendies supérieur à la normale dans le nord des Rocheuses et dans le sud de la Californie".

Si des feux ravageurs ont éclaté partout aux Etats-Unis, c'est surtout dans les Etats de l'ouest américain, en proie à une sécheresse extrême depuis plus de quatre ans, qu'ils ont été les plus destructeurs.

En Californie notamment, le pire est à venir car septembre et octobre "sont généralement les mois les plus virulents en termes d'incendies", rappelle Lynn Tolmachoff, porte-parole de Calfire, l'agence californienne d'information sur les feux.

Les incendies géants, jadis l'exception, reviennent aujourd'hui avec une fréquence qui s'accélère.

Les six feux les plus ravageurs enregistrés par la NIFC, dont les statistiques remontent à 1960, ont tous eu lieu depuis 2004.

Jennifer Smith constate qu'il y a "sans aucun doute des changements" climatiques, et "un schéma de feux bien plus destructeurs depuis plusieurs années".

"Il y a des recherches scientifiques sur le fait que le climat change, ce qui a un impact sur les feux tout au long de l'année. La saison des feux s'étend, les incendies sont plus extrêmes", poursuit-elle.

Le président américain Barack Obama, qui a débloqué l'aide fédérale face à l'urgence dans l'Etat de Washington, a appelé à agir "vite" pour lutter contre le réchauffement climatique.

ved/jz/bdx/plh

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!