NOUVELLES
03/09/2015 12:17 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

Uurguay : suicide d'un ex-général poursuivi pour violation des droits de l'homme

Un militaire à la retraite accusé de violations des droits de l'homme durant la dernière dictature en Uruguay (1973-1985), s'est suicidé mercredi quand la police est venue lui notifier son placement en détention provisoire, a rapporté la presse locale.

L'ancien général Pedro Barneix était poursuivi depuis 2012 dans l'enquête sur la mort sous la torture du militant de gauche Aldo Perrini en 1974, dans une caserne militaire.

Les médias locaux ont indiqué que le militaire s'était rendu dans sa chambre et suicidé par balles alors que la police était encore devant sa porte. Plus tôt dans la journée, la juge Beatriz Larrieu avait qualifié la mort du militant Aldo Perrini d'"homicide politique".

"Des décennies après, le meurtre d'un citoyen commun a pu être jugé", a commenté après les faits l'avocat de la famille Perrini, Me Oscar Lopez Goldaracena, à la chaîne de télévision Canal 10.

Guillermo Cedrés, président du Centre militaire, institution regroupant des militaires retraités, a déploré la perte d'"un camarade dans des circonstances injustes". "Cet homme n'était responsable en rien dans cette affaire. Il était simplement de garde", a-t-il ajouté.

Felix Barneix avait été désigné par le président de gauche Tabare Vazquez (2005-2010 et depuis 2015) pour diriger une commission interne aux forces armées destinée à faire la lumière sur les personnes disparues sous la dictature.

Entre 200 et 300 personnes sont mortes ou ont disparu sous le régime militaire uruguayen.

mr/dg/hdz/gg