NOUVELLES
03/09/2015 17:56 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

USA: nouvelles critiques sévères de la police lors des émeutes de Ferguson

En ayant recours à des chiens ou des blindés, les forces de l'ordre n'ont fait qu'accroître les tensions après la mort d'un jeune Noir tué par un policier blanc à Ferguson en août 2014, a affirmé jeudi le ministère américain de la Justice.

Relevant que plus de 50 entités de maintien de l'ordre avaient été impliquées dans les opérations de sécurisation de cette ville du Missouri (centre), le ministère a aussi dénoncé dans un rapport de près de 200 pages "un commandement incohérent" et une "communication lacunaire" entre les différents acteurs.

Ferguson a été le théâtre de manifestations et d'émeutes après la mort de Michael Brown, un Noir âgé de 18 ans abattu par un policier, Darren Wilson, le 9 août l'an dernier.

Or, "la police de Ferguson n'avait établi pratiquement aucune relation de voisinage avec les résidents de Canfield Green Apartments, où Brown a été tué, ni avec la plus grosse partie de la communauté noire de Ferguson", a regretté le ministère, au terme de son enquête se concentrant sur les 17 jours ayant suivi le décès du jeune homme.

"L'utilisation de chiens pour canaliser la foule s'est révélée une stratégie inadéquate et inefficace", a noté le rapport, rappelant "les sentiments très forts" que suscitent les brigades canines dans un contexte de tensions raciales.

Idem avec le recours parfois inapproprié aux gaz lacrymogènes, le déploiement de tireurs d'élite sur des véhicules blindés et la présence trop visible d'équipements militaires. Tout cela n'a fait qu'accroître le climat de peur et exacerbé les tensions, selon le rapport.

Ce n'est pas la première fois que le ministère américain de la Justice critique les forces de l'ordre de Ferguson: une première enquête fédérale, révélée en mars, avait dressé un portrait accablant de la police de la ville, accusée de racisme, de harcèlement contre les Noirs ou de brutalités gratuites.

Le chef de la police de Ferguson avait, entre autres, présenté sa démission quelques jours après la publication de ce rapport.

seb/elm