NOUVELLES
03/09/2015 12:30 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

Un soldat arménien tué dans un bombardement des forces azerbaïdjanaises

Un soldat arménien a été tué dans la nuit de mercredi à jeudi par les troupes azerbaïdjanaises le long de la frontière de la région séparatiste du Nagorny-Karabakh que se disputent l'Arménie et l'Azerbaïdjan, a annoncé Erevan.

"A la suite d'un bombardement de l'armée azerbaïdjanaise, un militaire des forces armées arméniennes a été tué pendant la nuit", a déclaré à la presse le porte-parole du ministère arménien de la Défense, Artsroun Hovhannissian.

L'homme, âgé de 40 ans, est mort dans le secteur nord-est de la frontière entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, a-t-il précisé.

Au cours des derniers jours, Bakou a violé à de multiples reprises le cessez-le-feu instauré en 1994, notamment en utilisant de l'artillerie lourde, a dénoncé M. Hovhannissian.

"La nuit dernière, l'Azerbaïdjan a bombardé 20 villages arméniens et n'a cessé ses tirs qu'après la réplique des forces arméniennes", a-t-il affirmé, ajoutant que deux soldats arméniens et deux civils avaient été blessés pendant ces affrontements.

Ces combats interviennent peu après le début de manoeuvres militaires organisées par Erevan, qui a accusé l'Azerbaïdjan de délibérément alimenter les tensions près de la frontière du Nagorny-Karabakh.

Malgré des années de négociations, l'Arménie et l'Azerbaïdjan ne sont pas parvenus à signer un accord de paix, censé cimenter le cessez-le-feu fragile décrété en 1994 dans cette région séparatiste dont la population est en majorité arménienne.

Plus de 30.000 personnes ont été tuées et des centaines de milliers de civils ont dû fuir pendant la guerre qui a déchiré entre 1988 et 1994 le Nagorny-Karabakh, territoire rattaché à l'Azerbaïdjan à l'époque soviétique.

Les accrochages s'y multiplient à nouveau depuis plusieurs mois, l'Azerbaïdjan et l'Arménie s'accusant mutuellement de lancer des attaques qui ont fait plusieurs dizaines de morts l'année dernière et au moins trente depuis le début de l'année.

Fin 2014, l'Azerbaïdjan, pays riche en hydrocarbures, a décidé une forte augmentation de ses dépenses militaires, qui dépassent à elles seules le budget total de l'Arménie, soutenue par la Russie qui vend des armes à la fois à Bakou et à Erevan.

Bakou a menacé de reprendre la région par la force si aucun progrès diplomatique n'était réalisé, tandis que l'Arménie a prévenu qu'elle riposterait à toute action militaire.

mkh-im-str/all/kat/bds