NOUVELLES
03/09/2015 05:42 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

Podemos réclame des fonds pour les réfugiés plutôt que pour les frontières

Le parti espagnol de gauche radicale Podemos a demandé jeudi que l'Union européenne dépense davantage pour aider les réfugiés que pour protéger ses frontières contre le flux de migrants.

"En Europe nous avons dépensé 1,208 milliard d'euros pour renforcer les frontières et quelque 700 millions pour aider les réfugiés", a déclaré le chef de Podemos, Pablo Iglesias, dans une interview radiodiffusée. "Je crois que ça serait mieux d'inverser ces chiffres".

"Les choses iraient mieux si l'on consacrait l'argent à l'aide aux populations plutôt que pour construire des murs et des clôtures de barbelés", a-t-il ajouté, en faisant référence à "la photo terrible du cadavre d'un enfant qui nous a tous choqués". La photo d'un petit syrien de trois ans mort noyé sur une plage de Turquie fait la une de toute la presse espagnole jeudi.

Le jeune professeur de sciences politiques a annoncé que son parti déposerait cette semaine au parlement européen une proposition pour la réforme du droit d'asile.

Podemos, devenu le troisième parti d'Espagne, demande une dérogation au protocole de Dublin qui oblige les demandeurs d'asile à déposer leur dossier dans le premier pays européen par lequel ils sont arrivés dans l'UE et où ils ont été enregistrés.

Dans un communiqué, le parti demande ainsi que soit "rétablie la possibilité de demander l'asile dans les ambassades et les consulats espagnols dans les pays d'origine (des demandeurs) ou de transit". "Il faudra ouvrir des consultats en Syrie", a ajouté Pablo Iglesias.

Le dirigeant a dénoncé la politique extérieure "irresponsable" de l'Union européenne, qui selon lui, a contribué à aggraver les problèmes plutôt qu'à les résoudre".

En Irak, en Libye, en Syrie, où les puissances européennes sont intervenues aux côtés des Etats-Unis, "les politiques militaristes n'ont pas servi à résoudre les problèmes", a-t-il poursuivi.

Il a accusé "les gouvernements les plus conservateurs aux Etats-Unis (d'avoir) apporté la destruction, l'instabilité et le terrorisme, contribuant à l'émergence de groupes comme l'Etat islamique en jetant de l'huile sur le feu des conflits".

Podemos, formé au début 2014, a remporté cinq sièges au parlement européen aux élections de mai. Il est entré dans de nombreuses municipalités aux élections régionales espagnoles de mai dernier et se place régulièrement en troisième position dans les sondages avant les élections législatives de décembre.

lld-pmr/at