NOUVELLES
03/09/2015 12:47 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

Migrations: l'Europe confrontée "à une crise humanitaire et politique sans précédent" (Timmermans)

"L'Europe doit faire face à une crise sans précédent, humanitaire et politique" avec l'afflux actuel de réfugiés et migrants, a estimé jeudi à Athènes le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans.

"Nous devons trouver des réponses européennes à un problème qui ne peut pas être résolu par les États individuellement", a ajouté M. Timmermans, avant des entretiens avec la Première ministre grecque Vassiliki Thanou.

En première ligne pour l'accueil des exilés sur le continent européen, "la Grèce est particulièrement touchée par la crise", a ajouté le numéro deux de la Commission, ajoutant que le pays pouvait compter sur "l'assistance européenne"

Frans Timmermans et le commissaire aux questions migratoires Dimitris Avramopoulos ont entamé jeudi à Athènes une visite de deux jours dans le cadre d'une tournée dans les pays les plus touchés par l'afflux de migrants.

Ils doivent se rendre vendredi sur l'île de Kos, en Egée orientale, où, comme à Lesbos, des milliers des réfugiés arrivent quotidiennement.

Les autorités grecques ont entrepris de soulager ces îles en transférant au Pirée, grand port près d'Athènes, les réfugiés et migrants qui s'y entassent par milliers. Un nouveau bateau spécialement affrété par le gouvernement grec y est attendu dans la soirée, avec 1.720 passagers.

A Mytilène, chef-lieu de l'île de Lesbos en Egée, de nouveaux incidents ont eu lieu jeudi entre des migrants attendant d'être enregistrés, et la police locale. Trois migrants se sont évanouis quand les forces policières ont repoussé un groupe de plus d'un millier de migrants qui réclamaient l'accélération de la procédure, selon un photographe de l'AFP sur place.

Selon une source policière, 60 policiers de forces spéciales seront envoyés de Thessalonique (nord) en renfort à Mytilène.

Les commissaires se rendront dans la soirée au Pirée où est prévu le fonctionnement d'un centre d'enregistrement, d'identification et de tri des réfugiés et migrants, pour éviter, à la demande des partenaires européens du pays, la dispersion incontrôlée des réfugiés et migrants dans l'UE.

M. Timmermans a aussi évoqué l'émotion suscitée par la mort d'un enfant syrien de trois ans dont la photo, gisant sur une plage turque a bouleversé le monde: "il n'est pas une personne avec une âme qui n'est pas terriblement choquée par ces photos", a-t-il dit.

De son côté, Mme Thanou a insisté sur la nécessité de traiter la crise migratoire comme un "problème européen et international".

La Grèce attend de la visite des hauts responsables européens, "le déblocage de 730 millions d'euros, provenant des programmes européens" pour compléter ses infrastructures et améliorer l'accueil des arrivants, a indiqué jeudi Nikos Christodoulakis, ministre grec de l'Économie et de la Marine marchande lors d'une conférence de presse sur la question.

Il a déploré "l'apathie" et "le retard pris", selon lui, par l'Europe face au problème.

Le ministre a appelé les armateurs grecs à aider à faire face au problème en mettant à la disposition de l'Etat certains de leurs bateaux.

str-hec-cb/lpt