NOUVELLES
03/09/2015 07:45 EDT | Actualisé 03/09/2015 07:45 EDT

La CSN conteste la validité du rapport Godbout

ICI Radio-Canada

Exclusif - La CSN conteste les méthodes de calculs du rapport Godbout qui soutient qu'une baisse des impôts et une hausse des taxes et tarifs entraîneraient une majoration du PIB de deux milliards de dollars et la création de 20 000 emplois.

Un texte de Gérald Fillion

Dans le mémoire qu'il va présenter vendredi matin devant la Commission des finances publiques, le syndicat affirme que le modèle mathématique choisi comporte plusieurs lacunes qui ne devraient pas permettre à la Commission Godbout de conclure aux retombées économiques positives de sa réforme.

Le modèle utilisé par la Commission Godbout est celui de l'équilibre général calculable du ministère des Finances du Québec. Les résultats que donne ce modèle «comportent inévitablement une marge d'erreur importante», selon la CSN. « Or, ni le gouvernement ni la Commission n'assortissent jamais les résultats d'une analyse de sensibilité, ce qui serait la moindre des choses. »

« Malheureusement, on est en train de proposer une réforme de la fiscalité, qui à notre avis, risque d'introduire des inégalités sociales. »

— Jacques Létourneau, président de la CSN

La CSN écrit que « certains modèles d'équilibre général calculables plus modernes prennent en compte l'existence du chômage, l'existence de monopole sur certains marchés, la possibilité d'une divergence entre l'épargne et l'investissement, etc. Mais ce n'est pas le cas du modèle utilisé par le ministère des Finances, qui est un modèle traditionnel d'inspiration néoclassique, ce qui signifie que sur tous les marchés, on pose l'hypothèse que l'offre est égale à la demande. »

Le syndicat, dirigé par Jacques Létourneau, s'oppose à la hausse de la TVQ et la baisse des impôts. « La CSN préconise que les revenus de l'État québécois soient augmentés dans le cadre d'un pacte social où serait réaffirmée la nécessité d'un financement adéquat pour les services publics et les mesures de protection sociale [...] »

« La fiscalité n'est pas le déterminant premier pour parler de développement et de croissance économique. »

— Jacques Létourneau, président de la CSN

La Commission d'examen sur la fiscalité québécoise se poursuit jusqu'au 16 septembre. Avant même le début des travaux jeudi matin, le ministre des Finances Carlos Leitao a indiqué qu'il serait logique et efficace d'adopter la proposition du rapport Godbout sur la baisse des impôts et la hausse des taxes.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter