NOUVELLES
03/09/2015 11:35 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

L'Ukraine affirme avoir déjoué un attentat contre un immeuble résidentiel de Kiev

Quatre membres d'une organisation prorusse qui planifiaient de faire exploser un immeuble d'habitation de Kiev abritant un centre de collecte d'aide pour l'armée géré par le mouvement ultranationaliste Pravy Sektor ont été arrêtés, ont annoncé jeudi les services de sécurité ukrainiens (SBU).

"Ils prévoyaient de faire exploser un immeuble à Obolon (un grand quartier résidentiel dans le nord de Kiev, ndlr) et ont été pris en flagrant délit", a déclaré à l'AFP Olena Guitlianska, porte-parole du SBU.

"Les criminels ont opposé une résistance active et ont lancé une grenade", a-t-elle ajouté, précisant que celle-ci n'avait pas fait de blessés. Les agents du SBU ont riposté, blessant un des malfaiteurs présumés à la jambe selon le communiqué.

Les quatre hommes ont été arrêtés près d'un centre collectant de l'aide pour les militaires ukrainiens qui combattent la rébellion prorusse dans l'est du pays.

Les quatre hommes arrêtés sont tous Ukrainiens, mais leur chef est né dans l'île de Sakhaline, dans l'Extrême-Orient russe, selon la porte-parole du SBU. Une fois sa tâche accomplie, il était censé s'enfuir en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie début 2014, a ajouté le SBU dans un communiqué.

Le mouvement ultranationaliste ukrainien Pravy Sektor a indiqué jeudi qu'une de ses antennes se trouvait au rez-de-chaussée de l'immeuble résidentiel visé. Selon lui, de l'aide pour les militaires se battant dans l'est de l'Ukraine y est collectée.

Des photos des locaux endommagés par l'explosion de la grenade ont été publiées sur la page Facebook de cette antenne de Pravy Sektor.

Pour autant, le mouvement d'extrême-droite affirme que ses locaux n'étaient pas visés. "Selon nos informations, les terroristes cherchaient à faire exploser non pas le bureau de Pravy Sektor, mais l'immeuble entier", a soutenu le mouvement.

Pravy Sektor, très actif pendant la contestation pro-européenne du Maïdan qui a mené à la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovitch en février 2014, a ajouté mener une enquête indépendante sur cet incident.

L'Ukraine, théâtre d'un conflit dans l'Est qui a déjà fait plus de 6.800 morts depuis avril 2014, a maintes fois accusé les séparatistes, et la Russie soupçonnée de les soutenir militairement, de chercher à déstabiliser le reste du pays.

ant/neo/all/tbm/amd

FACEBOOK