NOUVELLES
03/09/2015 16:53 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

L'ex-ministre Peter Penashue, qui était parti dans la controverse, se représente

OTTAWA — Le nom de l'ancien ministre conservateur Peter Penashue, qui avait quitté son poste en 2013 pour une affaire de contributions électorales douteuses, figure jeudi sur la liste des candidats conservateurs publiée sur Internet.

M. Penashue, qui avait été ministre des Affaires intergouvernementales, n'a pu être joint jeudi pour confirmer sa candidature dans la circonscription de Labrador. Mais selon une source conservatrice, il devrait annoncer son retour en politique fédérale vendredi.

Le mois dernier, M. Penashue, un ancien chef innu du Labrador, avait admis qu'il songeait à se présenter à nouveau, après avoir sondé ses appuis dans cette vaste circonscription terre-neuvienne.

Lors des dernières élections générales, en mai 2011, M. Penashue avait été le seul candidat conservateur à se faire élire à Terre-Neuve-et-Labrador, mais il avait battu le député libéral sortant par seulement 79 voix de majorité.

M. Penashue avait démissionné en mars 2013, lorsque s'accumulaient les allégations concernant des contributions électorales douteuses. Candidat à sa succession deux mois plus tard, lors d'une élection complémentaire, il avait été défait par la candidate libérale, Yvonne Jones, qui se représente à nouveau cette année.

Reg Bowers, l'ancien agent officiel de M. Penashue dans la circonscription de Labrador, avait plus tard été accusé de trois chefs, en vertu de la Loi électorale, pour avoir accepté des contributions illégales.

Le mois dernier, dans le cadre d'une entente conclue avec le Commissaire aux élections fédérales, sept entreprises ont admis qu'elles avaient versé des contributions illégales à la campagne de M. Penashue en 2011.

Ces «déclarations de responsabilité» ne constituent pas une condamnation par un tribunal et ne créent pas de casier judiciaire aux intéressés: elles sont le fruit d'une «transaction» conclue avec le Commissaire aux élections fédérales, haut fonctionnaire indépendant chargé de veiller à l'observation et au contrôle d'application de la Loi électorale du Canada.

Les dirigeants de six entreprises ont ainsi reconnu qu'ils avaient ordonné à leur société de verser chacune 1000 $ à la campagne du candidat conservateur. De son côté, le PDG de Pennecon a avoué que six dirigeants de son entreprise avaient participé au versement d'un chèque d'entreprise de 5500 $.

M. Penashue est actuellement conseiller du chef de la communauté innue de Sheshatshiu, au centre du Labrador.

À la dissolution des travaux à la Chambre des communes, les libéraux détenaient quatre des sept sièges à Terre-Neuve-et-Labrador, et les néo-démocrates deux.

Le député Scott Andrews, qui a quitté le caucus libéral après avoir été suspendu par Justin Trudeau, en mars, à la suite d'allégations d'«inconduite sexuelle» à l'égard d'une députée néo-démocrate, siégeait depuis lors comme indépendant. Il a toujours clamé son innocence et soutient que le Parti libéral ne lui a pas offert la chance de se disculper.

M. Andrews se présente à nouveau dans sa circonscription d'Avalon, mais cette fois comme candidat indépendant.

La Presse Canadienne