NOUVELLES
03/09/2015 04:56 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

Euro-2016/qualifs - Faux-pas interdit pour la Mannschaft

L'Allemagne championne du monde n'a pas le droit à l'erreur face à la Pologne, vendredi à Francfort, si elle veut prendre une revanche et la première place du groupe D des qualifications à l'Euro-2016.

"Notre avenir est entre nos mains. On connait l'enjeu, on veut et on va passer la vitesse supérieure. On est prêt", a lancé Löw, en dévoilant son groupe de 23 qui, trois jours plus tard, sera au défi d'un déplacement en Ecosse.

Habituée à survoler les qualifications européenne ou mondiale, la Mannschaft (13 pts) n'est que dauphine de la Pologne, qui compte de plus les meilleures attaque et défense du groupe, alors que l'Ecosse est sur les talons à deux unités (11).

Pas question d'une qualification au rabais: le technicien âgé de 55 ans veut absolument "les six points" en jeu pour s'installer définitivement dans le fauteuil de leader, sachant que le rival polonais est assurée de battre ensuite devant son public le petit Gibraltar.

Le Souabe ne peut ni ne veut plus avancer l'argument de la fatigue morale et physique post-Mondial, à l'origine d'un démarrage en mode diesel marqué par une défaite historique en Pologne (2-0), la première en match de compétition depuis la demi-finale de l'Euro-2012.

La pause estivale fut cette fois assez longue, estime-t-il, "certain" que l'équipe est de retour sur la voie conquérante. Convaincu également que ses joueurs sont "particulièrement motivés" pour le duel avec le voisin de l'Est et ses légionnaires qui écument la Bundesliga.

- 'Un compte à régler' -

Ce que confirme Thomas Müller: "Après la défaite 2-0, on a un compte à régler, tout est dit. On est chaud comme la braise pour la Pologne et pour l'Ecosse, on veut six points", a insisté l'attaquant de 25 ans, déjà très prolifique devant le but avec cinq réalisations en trois journées de championnat.

Le Bavarois aux 27 buts en 63 capes convient toutefois que "ce n'est pas un cadeau. Il faudra vraiment jouer un bon football, comme on ne l'a pas fait depuis longtemps".

Même son de cloche chez le milieu défensif Ilkay Gündogan, l'un des quatre sélectionnés d'une équipe de Dortmund actuellement euphorique.

"Je veux surfer sur cette vague", a expliqué le milieu défensif, de retour à son meilleur niveau après une blessure qui l'avait éloigné des terrains plus de 400 jours!

Bastian Schweinsteiger est particulièrement attendu pour sa 112e sélection, la première fois dans la peau d'un "légionnaire" depuis son transfert à Manchester United.

S'il ne mise plus sur +Schweini+ le trentenaire pour tous les matches amicaux, +Jogi+ compte sur son nouveau capitaine "quand c'est important pour nous. Je sais alors qu'il tiendra son rang, assumera ses responsabilités et aura la rage de vaincre comme personne".

Aux côtés de 14 champions du monde, dont la muraille Manuel Neuer, le sélectionneur a appelé de jeunes espoirs comme le défenseur de Liverpool Emre Can et le gardien de Barcelone Marc ter Stegen, avec déjà la relève en tête.

Il devra en revanche se passer de Marco Reus, poursuivi par la malchance avec cette fois une blessure à une orteil.

"L'Euro est un gros objectif, mais le plan ne s'arrête pas après le tournoi en France. On pense à la préparation de la mission +Défense du titre mondial+", a souligné Löw, en poste jusqu'au Mondial-2018 en Russie.

Il faut auparavant regagner la confiance du public allemand et faire renaitre la crainte chez les rivaux européens...

sg/tba