POLITIQUE
03/09/2015 10:08 EDT | Actualisé 03/09/2015 10:09 EDT

Élections fédérales 2015: La crise des réfugiés s'invite à l'investiture du chef néo démocrate

PC

C'est sur fond de crise des réfugiés que s'est déroulée l'assemblée d'investiture du chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair, jeudi soir, dans la circonscription montréalaise d'Outremont, qu'il représente depuis 2007.

En plus de consacrer une partie de son discours à la question, M. Mulcair a également été questionné sur la position de son adversaire conservateur Stephen Harper, qui estime nécessaire de poursuivre les campagnes de frappes aériennes en Irak et en Syrie contre le groupe armé État islamique.

"Aucune intervention militaire n'aurait pu sauver la vie de cet enfant sur cette plage, a-t-il dit, faisant référence aux images ayant fait le tour de la planète. Nous avons une position qui diffère de M. Harper sur cette guerre."

Questionné par les journalistes, le chef néo-démocrate a réitéré

à maintes reprises qu'il était prêt à "tendre la main" au gouvernement pour que le Canada puisse répondre à l'appel des Nations unies, qui lui demande d'accueillir 10 000 réfugiés syriens d'ici la fin de l'année.

Après avoir été accueilli chaleureusement par de nombreux militants ainsi que 16 de ses candidats québécois, M. Mulcair est revenu sur les images de ce petit Syrien noyé et le lien de sa famille avec le Canada, qui ont rattrapé les chefs de tous les partis au cours de la journée.

Qualifiant l'image d'"insoutenable", le chef du NPD a prôné un rôle élargi du Canada en matière d'aide internationale, notamment en proposant de nommer un Coordonnateur aux réfugiés syriens chargé de travailler avec les différents ministères impliqués.

"Ça nous interpelle tous pour agir face à une situation intolérable qui ne peut plus durer", a-t-il dit, sous les applaudissements de la foule.

Dans le reste de son discours, M. Mulcair s'est surtout attardé à attaquer le bilan du gouvernement conservateur de Stephen Harper, incitant les électeurs à donner de la vigueur au mouvement de la vague orange qui s'est amorcé en 2011.

Il n'a pas manqué de rappeler que le pays était en récession depuis quelques jours, ajoutant que "M. Harper était le seul premier ministre de l'ère moderne à qui, lorsqu'on lui demande à quand remonte la dernière récession, répond "laquelle"".

Rappelant à quelques reprises l'héritage laissé par l'ancien chef néo-démocrate Jack Layton, M. Mulcair, dont le parti trône à la tête de certains sondages, a tenu à montrer qu'il était prêt à devenir premier ministre.

"Comme ministre de l'Environnement du Québec, j'ai été à la table du Conseil des ministres et j'ai eu à prendre des décisions parfois difficiles", a-t-il dit en référence à son passage dans le gouvernement provincial libéral de Jean Charest.

Le chef néo-démocrate n'a presque pas mentionné le nom du chef du Parti libéral du Canada (PLC) Justin Trudeau, sauf dans un bref passage en terminant son allocution.

C'est plutôt Anne Lagacé-Dowson, candidate du parti dans la circonscription de Papineau - représentée par M. Trudeau - qui a hérité de la tâche en présentant son chef.

Avant de terminer la journée dans la métropole, M. Mulcair s'était arrêté à Toronto en début de journée, où il a promis qu'un gouvernement du NPD convoquerait une rencontre fédérale-provinciale pour bonifier le Régime de pensions du Canada et le Régime de rentes du Québec _ si la province le souhaite.

D'après le chef néo-démocrate, cette initiative permettra de s'assurer que tous les Canadiens puissent prendre leur retraite "dans la dignité".

Cette promesse fait partie du programme néo-démocrate visant à assurer la sécurité financière des Canadiens à la retraite, qui inclut aussi l'engagement, déjà pris, de ne pas toucher au fractionnement des revenus pour les retraités qui veulent sauver de l'impôt.

M. Mulcair a réitéré cet engagement jeudi, alors que les conservateurs répètent que le NPD veut abolir complètement cette mesure fiscale.

Vendredi, M. Mulcair continuera de faire campagne au Québec, plus précisément à Brossard, avant de prendre quelques jours de repos au cours de la fin de semaine.

Galerie photo Les promesses de la campagne électorale Voyez les images