NOUVELLES
03/09/2015 13:17 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

Demain peut-être un robot pour jouer les profs de technologie à bord de l'ISS

Une réparation à faire à bord de la Station spatiale internationale (ISS)? Demain, un robot humanoïde pourrait jouer les professeurs de technologie pour expliquer à l'équipage comment s'y prendre.

Une équipe de chercheurs est parvenue à développer "une mémoire autobiographique" pour le robot français Nao, qui lui permet de transmettre des connaissances à des humains après les avoir lui-même apprises auprès d'autres hommes, a annoncé jeudi le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) français.

La mémoire autobiographique concerne les événements personnellement vécus.

Au lieu d'employer des plans préétablis, le robot peut apprendre en temps réel par interaction directe avec un humain qui n'est plus derrière un ordinateur mais qui lui parle et le touche.

"Nao mémorise ce qu'il a vu, les positions qu'il a apprises, ce qu'on lui a dit", explique à l'AFP Anne-Laure Mealier, doctorante qui a participé aux travaux.

Blanc et bleu, le sympathique robot Nao, développé par la société Aldebaran Robotics depuis plusieurs années, ajoute donc une corde à son arc grâce à une équipe de l'Institut cellule souche et cerveau (Inserm/Université Claude Bernard Lyon 1), dirigée par Peter Ford Dominey, directeur de recherche CNRS.

Pour le CNRS, "cette avancée technologique pourra notamment être utilisée pour les opérations sur l'ISS où le robot, membre permanent de la station, serait le trait d'union pour le partage des connaissances entre les différents équipages" généralement renouvelés tous les six mois.

Les résultats des travaux de l'équipe ont été présentés jeudi lors d'un symposium international sur les robots au Japon.

Pour tester leur système, les chercheurs ont imaginé un scénario qui pourrait se passer à bord de l'ISS.

Une carte électronique est endommagée. Nao joue le rôle de l'assistant du scientifique suivant ses consignes, apportant ou tenant les éléments de la carte au cours de la réparation.

Grâce au souvenir de cet événement, si cette même panne se reproduit, le robot pourra montrer à un nouveau membre de l'équipage, via un système vidéo, la réparation qui avait déjà été réalisée.

Il pourra également répondre à des questions sur l'événement précédent tout en aidant à la nouvelle réparation.

Si jamais un descendant de Nao se retrouve un jour dans l'ISS, il y trouvera un compagnon: l'humanoïde Robonaut 22, développé par la Nasa, installé depuis 2011 à bord de la station où il doit pouvoir aider les astronautes sur certaines tâches délicates notamment pour les sorties dans l'espace.

Les chercheurs français souhaitent désormais tester leur robot Nao dans les conditions réelles des opérations spatiales, en apesanteur. Mais aussi développer un autre domaine d'application, l'assistance aux personnes âgées, le robot jouant cette fois-ci le rôle d'un aide-mémoire personnel.

Le CNRS a posté sur YouTube une vidéo sur les exploits de Nao: https://youtu.be/LWS1m_pLNDs

pcm/fmi/sd