NOUVELLES
03/09/2015 16:27 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

Crise des déchets au Liban: une grève de la faim pour la démission du ministre

BEYROUTH — Des militants libanais ont entrepris une grève de la faim, jeudi, pour réclamer la démission du ministre de l'Environnement du pays dans la foulée de la crise des déchets.

Les grévistes ont érigé des tentes à l'extérieur du ministère de l'Environnement, à Beyrouth. Plusieurs militants se sont joints en soirée aux 11 personnes qui avaient lancé mouvement. Il y a deux jours, des manifestants avaient occupé l'édifice du ministère, résistant plusieurs heures aux forces de sécurité.

Des Libanais en colère s'insurgent contre l'accumulation des déchets dans les rues de la capitale, alors que le gouvernement n'a pas réussi à trouver de solution à la fermeture du site d'enfouissement principal, en juillet. Le mouvement de contestation s'est élargi au-delà de l'enjeu des déchets et cible maintenant la légitimité du gouvernement et de toute la classe politique.

Les manifestants affirment que le ministre, Mohammed Machnouk, est devenu le symbole de l'inefficacité du gouvernement et de la corruption. M. Machnouk a déjà refusé de remettre sa démission.

Par ailleurs, des dizaines de manifestants se sont réunis sur les quais de Beyrouth pour dénoncer l'installation de parcomètres près de la côte, qui entraverait l'accès au bord de mer pour les moins nantis.

Deux des manifestants qui bloquaient les parcomètres ont été arrêtés par des policiers vêtus en civil qui les ont menacés avec un fusil. Des militants se sont rassemblés devant le bureau du ministère de l'Intérieur pour demander leur libération, a révélé Neamat Bader al-Deen, du mouvement «Nous voulons demander des comptes», qui avait organisé la manifestation.

L'agence de presse officielle de l'État libanais a annoncé plus tard que les autorités avaient ordonné leur libération.

The Associated Press