NOUVELLES
03/09/2015 10:11 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

Cameron, "profondément ému" par la mort d'un enfant syrien, s'engage à prendre ses "responsabilités morales"

Le Premier ministre britannique David Cameron, critiqué pour son manque d'implication dans la crise des migrants, s'est dit jeudi "profondément ému" par la mort d'un enfant Syrien de trois ans dont la photo sur une plage turque a bouleversé le monde, s'engageant à prendre "ses responsabilités morales".

"Quiconque a vu ces photos ne peut qu'être touché et, en tant que père, j'ai été profondément ému à la vue de ce petit garçon sur une plage en Turquie. La Grande-Bretagne est une nation avec des valeurs morales et nous allons prendre nos responsabilités morales", a dit David Cameron à l'occasion de la visite d'une usine Hitachi de fabrication de trains dans le nord de l'Angleterre.

Le Royaume-Uni, accusé de ne pas accueillir suffisamment de réfugiés, est sous la pression de responsables politiques européens, de l'ONU et du Conseil de l'Europe.

S'y ajoutent les journaux britanniques qui, bouleversés par la découverte sur une plage turque du corps sans vie du petit Syrien mort noyé, avaient choisi jeudi de mettre la photo de ce drame en Une, accompagnée le plus souvent de messages appelant à en faire davantage pour les Syriens.

"Monsieur Cameron, l'été est fini... maintenant gérez la plus importante crise à laquelle l'Europe doit faire face depuis la Deuxième Guerre mondiale", titre ainsi à la Une le tabloïd The Sun, pourtant jusque-là tenant d'une ligne dure face aux migrants, un de ses éditorialistes les ayant même comparés à des "cafards" cet été.

Prenant le contre-pied de ces appels à plus d'implication, David Cameron avait jugé mercredi que "le plus important était d'apporter la paix et la stabilité" dans les régions de crise, plutôt que de prendre en charge "de plus en plus de réfugiés".

Jeudi, il a repris la même formule, mais a insisté sur son émotion, tout en assurant que le Royaume-Uni se sentait "bien concerné" par cette crise.

"Nous accueillons des milliers de réfugiés et nous continuerons à le faire, en concertation avec nos partenaires européens", a-t-il dit.

Selon les chiffres officiels, seuls 216 "personnes vulnérables" ont été accueillies en tant que réfugiés au Royaume-Uni depuis mars 2014 et au total 5.000 Syriens ont obtenu l'asile au cours des quatre dernières années.

Depuis le début de la guerre civile en 2011, plus de quatre millions de Syriens ont quitté leur pays.

mc-jk/oaa/bds

HITACHI