NOUVELLES
03/09/2015 13:06 EDT | Actualisé 03/09/2016 01:12 EDT

Accord nucléaire: le président du parlement iranien prévoit un débat houleux

Le président du Parlement iranien Ali Larijani a déclaré jeudi qu'il s'attendait à un débat houleux à la Chambre sur l'accord nucléaire conclu avec les grandes puissances en juillet.

Ali Larijani, qui soutient cet accord, ne s'est cependant pas risqué à prédire si le Majlis allait approuver l'accord conclu le 14 juillet dernier entre l'Iran et les grandes puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne).

"Je pense que le débat sera peut-être plus animé dans mon pays que dans le vôtre", a-t-il déclaré à des journalistes à New York où il participait à une conférence internationale réunissant des présidents de parlements. "Je suis sûr d'une seule chose: il y aura des discussions intenses au parlement iranien".

Le président américain Barack Obama est quasiment assuré de remporter la bataille au Congrès sur l'accord nucléaire avec l'Iran, après le ralliement de suffisamment de sénateurs mercredi. Le vote aura lieu dans les prochaines semaines.

De son côté le guide suprême iranien Ali Khamenei a souhaité que le Majlis soit associé à l'examen de l'accord.

Le Parlement iranien a créé une commission spéciale pour examiner l'accord nucléaire. Elle comprend quinze membres, treize conservateurs et deux réformateurs, reflétant la composition du Parlement dominé par les députés conservateurs.

"Il faut attendre de voir quelle décision cette commission prendra et quels seront les résultats", a estimé M. Larijani.

Il a reconnu que l'accord était vivement dénoncé par certains, qui sont en particulier opposés au mécanisme dit de "snapback" permettant de réimposer les sanctions en cas de non respect de l'accord par Téhéran.

"Il y a des gens qui trouvent des défauts majeurs à cet accord", a-t-il déclaré. "Pour nous, il est impossible que les sanctions puissent être réimposées, nous ne pouvons pas revenir à la situation où nous étions".

Il a cependant estimé que "c'est globalement un bon accord parce qu'il a permis à l'Iran aussi de réaliser certains de ses objectifs".

L'accord prévoit de limiter au nucléaire civil le programme iranien en échange d'une levée progressive et réversible des sanctions internationales imposées à son économie depuis 2006.

L'ayatollah Ali Khamenei a insisté jeudi sur la levée des sanctions imposées à son pays, sans laquelle l'accord nucléaire n'aurait selon lui plus de raison d'être.

cml/avz/elc