DIVERTISSEMENT
02/09/2015 10:54 EDT

Québec en toutes lettres: Une programmation internationale (PHOTOS)

Courtoisie - Maison de la littérature

Pour sa 6e cuvée, la fête littéraire de la Capitale s’offre plusieurs gros noms, la venue d’un congrès international d’écrivains et l’ouverture de la Maison de la littérature.

Galerie photo Québec en toutes lettres: Une programmation internationale Voyez les images

Onze jours durant, ils s’arrêteront dans la ville de Champlain pour y donner ici une conférence, là une représentation. Sur l’affiche du festival, les noms de Robert Lepage, Dany Laferrière et Yann Martel sont bien visibles.

Aux côtés de ces gros noms de la scène québécoise, pour ne pas dire canadienne, les Russell Banks et autres Joseph Boyden ne donnent pas leur place, prouvant que cette 6e édition est résolument tournée vers l’international.

Québec: plaque-tournante du monde littéraire

Davantage que le retour des activités phares du festival, c’est la tenue simultanée du congrès du PEN International qui marque la prochaine édition du festival.

Fondé en 1921, l’organisme accrédité par l’ONU a pour mission de valoriser la liberté d’expression et le travail des auteurs. L’association d’écrivains a des ramifications sur tout le globe et compte d’illustres auteurs parmi ses rangs, dont J. K. Rowling.

C’est donc une grosse prise pour l’Institut Canadien, entité qui chapeaute Québec en toutes lettres.

Les organisateurs du festival estiment que la venue de ce congrès accroîtra la visibilité de la ville. « Ça va montrer qu’à Québec, il y a une énergie, une dynamique, une vie littéraire extrêmement riche », lance Bernard Gilbert, directeur artistique de l’évènement.

Littérature d’ici et d’ailleurs

La programmation s’est construite autour du congrès qui fera affluer dans la Capitale entre 200 et 250 auteurs d’une cinquantaine de pays, estime Mme Vadnais, coordonnatrice des activités littéraires du festival. En travaillant de concert avec le PEN International, les organisateurs ont pu inviter des écrivains qui ne seraient pas passés par Québec autrement, poursuit-elle, comme Margaret Atwood.

Le 14 octobre, cette dernière participe avec Robert Lepage et Russell Banks à Libre de créer, une soirée de discussions sur la liberté d’expression et de création. L’opéra Pauline, dont elle a signé le livret, s’installe à la salle Octave-Crémazie le 16 octobre 20h. L’œuvre lyrique, présentée pour la première fois l’an dernier à Vancouver, raconte la vie de la poète et performeuse amérindienne Pauline Johnson.

La présentation de Murmures et torrents de la Grande Tortue le 12 octobre confirme l’intérêt du festival pour les lettres autochtones. Dans ce spectacle à quatre langues (français, anglais, wendat et innu), on entendra « des voix qu’on a tues longtemps par les pensionnats et par différentes stratégies d’assimilation », explique Louis-Karl Picard-Sioui, écrivain wendat à l’origine du projet.

Une programmation centrée sur la Maison de la littérature

Après de nombreuses rénovations et des investissements totalisant 14,6 millions de dollars, la Maison de la littérature sera prête juste à temps pour le festival.

Le lieu consacré aux lettres a la part belle dans le programme, ne serait-ce que par son inauguration les 10 et 11 octobre. Pour l’occasion, des textes commandés à une dizaine d’artistes de Québec « seront mis en forme, soit dans des fenêtres, par des vidéos ou par la lecture de comédiens », dévoile Bernard Gilbert.

L’édifice a aussi été intégré dans le traditionnel parcours déambulatoire du festival. Baptisée Volatil, cette version rend « hommage aux sept formes d’art littéraire parce que la Maison envisage vraiment la littérature de façon très large », détaille Mme Vadnais. Plus de 80 artistes collaborent à ce parcours présenté les 9 et 10 octobre en soirée.

Québec en toutes lettres se déroulera du 8 au 18 octobre. La programmation est disponible ici.