NOUVELLES
01/09/2015 17:22 EDT | Actualisé 01/09/2016 01:12 EDT

Un nouveau-né par jour est retiré à ses parents au Manitoba, dit une militante

WINNIPEG — Une militante pour les droits des enfants des Premières Nations du Manitoba affirme que, chaque jour, au moins un nouveau-né est retiré à ses parents par les travailleurs sociaux de la province.

En entrevue avec La Presse Canadienne, Cora Morgan a raconté qu'elle était aux côtés d'une jeune maman, lundi, lorsque cette dernière s'est fait enlever son fils de trois jours dans sa chambre d'hôpital.

Selon Mme Morgan, la seule raison pour laquelle le bébé a été pris en charge par les services sociaux est que sa mère a elle-même été sous la tutelle de l'État jusqu'à ses 18 ans.

La militante a déclaré que le Manitoba battait des records en matière de prise en charge d'enfants, surtout dans les familles autochtones, et qu'elle préférait retirer les petits de leur milieu plutôt que de soutenir les parents. Mme Morgan a avancé le nombre de 40 nouveaux-nés retirés en un mois dans un hôpital du centre-ville de Winnipeg.

D'après elle, la province a l'un des taux de prise en charge d'enfants les plus élevés du Canada, une pratique qu'elle estime être aussi dommageable que les pensionnats autochtones. Des données déposées au Parlement démontrent qu'entre 2008 et 2014, le Manitoba a pris en charge entre 318 et 388 nouveaux-nés par année.

Mme Morgan a dit croire que le Manitoba devait commencer à prêter main-forte aux familles au lieu de leur retirer leurs rejetons afin de les placer dans des endroits sans amour et peu sécuritaires.

Le Manitoba est récemment devenue la première province à présenter ses excuses pour avoir systématiquement retiré les enfants des Premières Nations à leurs parents à partir des années 1960 pour les confier à des familles non autochtones.

«Ils continuent à retirer les enfants, a martelé Mme Morgan. Pourquoi ne veulent-ils pas remédier aux erreurs qu'ils commettent maintenant?»

Plus de 10 000 enfants manitobains sont sous la responsabilité des services sociaux provinciaux. Le système fait l'objet d'une intense surveillance depuis des années en raison de plusieurs cas d'abus et même de décès hautement médiatisés.

Chinta Puxley, La Presse Canadienne

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!