NOUVELLES
01/09/2015 10:47 EDT | Actualisé 01/09/2016 01:12 EDT

Russie : la compagnie aérienne Aeroflot va acheter sa concurrente Transaero

La première compagnie aérienne russe Aeroflot va acheter sa concurrente Transaero, étranglée financièrement par la crise économique qui frappe la Russie, ont annoncé mardi des sources concordantes.

Le principe d'une offre sur 75% du capital de Transaero a été approuvé au cours d'une réunion dirigée par le numéro deux du gouvernement russe Igor Chouvalov et doit maintenant être formalisé par le conseil d'administration d'Aeroflot, a indiqué une source proche du gouvernement. Contactée par l'AFP, cette compagnie publique n'a pas souhaité faire de commentaires.

Transaero a ensuite confirmé la tenue de cette réunion et jugé qu'une offre d'Aeroflot serait "dans l'intérêt du développement de l'aviation civile". "Les actionnaires de Transaero estiment que cette mesure répond aux intérêts des passagers, des employés et des partenaires de la compagnie", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Créée en 1991, Transaero est la deuxième compagnie aérienne russe et la première compagnie privée. Elle a transporté sur les six premiers mois de l'année 5,7 millions de passagers contre 10,9 millions pour Aeroflot.

Transaero s'est lourdement endettée ces dernières années pour moderniser sa flotte et se trouvait menacée de faillite. Elle n'a donc pas d'autre choix que d'accepter l'offre de sa rivale pour survivre, selon le journal économique Vedomosti.

Signe de l'étendue de ses difficultés financières : selon des sources citées par les agences de presse russes, la transaction a été fixée au prix symbolique d'un rouble (1,4 centime d'euro).

Avec une flotte de 106 appareils, Transaero dessert outre le marché intérieur la plupart des capitales européennes mais aussi de nombreuses destinations long courrier prisées des vacanciers russes comme les Caraïbes et la Thaïlande. Elle a à ce titre particulièrement souffert de la crise économique qui frappe la Russie.

La baisse du pouvoir d'achat de la population affecte en effet le trafic à l'international et pousse les compagnies à réduire leurs marges, voire à vendre leurs billets à perte pour remplir leurs avions.

D'autre part, l'effondrement du rouble augmente les coûts liés au dollar, comme la location et l'entretien des avions ou encore le remboursement des crédits.

Transaero ainsi que la troisième compagnie russe Utair, également en difficulté, avaient demandé l'aide de l'Etat. Mais selon la presse russe, les pouvoirs publics étaient réticents et Aeroflot s'y opposait, estimant que ces compagnies payaient le prix de leur endettement excessif et de leur politique de prix bas appliquée ces derniers mois.

Aeroflot, contrôlée à 51% par l'Etat, est l'héritière du monopole aérien russe. Elle appartient à l'alliance SkyTeam avec notamment Air France-KLM.

Si elle a mieux résisté que ses rivales à la crise, elle a malgré tout accusé une perte nette de 3,5 milliards de roubles (47 millions d'euros) sur les six premiers mois de l'année, soit 86% de plus qu'un an plus tôt.

gmo/mp/bds

AEROFLOT - RUSSIAN AIRLINES

TRANSAERO AIRLINES

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!