NOUVELLES
01/09/2015 10:17 EDT | Actualisé 01/09/2016 01:12 EDT

Koweït: 24 personnes "liées à l'Iran" inculpées pour préparation d'attaques

Le procureur général du Koweït a inculpé 24 personnes pour "intelligence avec l'Iran et préparation d'attaques", ont annoncé mardi ses services dans un communiqué.

Les inculpés sont accusés d'"intelligence avec la République islamique d'Iran et le Hezbollah libanais pour mener des actes d'agression contre le Koweït et ce, en se livrant à un trafic d'armes, d'explosifs, d'armes automatiques et de munitions", poursuit le texte.

Ils sont également accusés d'"avoir entrepris des actes de nature à nuire à l'unité et à l'intégrité territoriale du Koweït", toujours selon le communiqué.

Deux autres personnes ont été inculpées dans le cadre de cette affaire, une pour possession d'armes sans autorisation et une autre pour ne pas avoir informé les autorités de la détention d'armes par les accusés.

Sur ces 26 personnes, 25 sont de nationalité koweïtienne et la dernière est Iranienne, selon les services du procureur.

Le démantèlement de la cellule avait été annoncé le 13 août par le ministère de l'intérieur.

Le ministère avait alors fait état de la saisie de "144 kilos de TNT et (d'explosif) PE4, 19 tonnes de munitions", trois lance-roquettes antichars et 56 roquettes, 65 types divers d'armes à feu, ainsi que 204 grenades et détonateurs.

Certains suspects sont accusés d'être membres du Hezbollah qui cherche à "démolir les fondements sociaux et économiques du pays", selon les mots du procureur général.

Dimanche, le chef de la commission des Affaires étrangères du Parlement koweïtien, Hamad al-Harashani, avait qualifié l'Iran chiite de "vrai ennemi" des Etats arabes sunnites du Golfe.

"Il est devenu évident à tout le monde que l'Iran est un ennemi qui complote pour avaler nos Etats et ressources, et que c'est le vrai ennemi de la région", avait déclaré le parlementaire, lançant ainsi l'attaque la plus virulente contre l'Iran depuis des années.

En mai 2013, la Cour suprême avait condamné à la prison à vie deux Iraniens, un Koweïtien et un apatride sous l'accusation d'espionnage en faveur de l'Iran.

Les prévenus, qui travaillaient pour l'armée koweïtienne, avaient été inculpés pour avoir collecté et transmis aux Gardiens de la révolution islamique des informations sur le Koweït et sur des troupes américaines basées dans l'émirat du Golfe. Téhéran avait rejeté l'accusation.

L'affaire avait tendu les relations entre Koweït et Téhéran, l'émirat ayant alors expulsé des diplomates après que l'enquête a révélé que les informations collectées étaient transmises à l'ambassade iranienne à Koweït.

Un vieux différend entre les deux pays sur un champ pétrolifère a refait surface la semaine dernière.

Le Koweït a convoqué le chargé d'affaires iranien pour protester contre une apparente proposition faite par Téhéran à des investisseurs en vue de développer une zone "proche du champ pétrolifère koweïtien" de Dorra, riche en gaz naturel.

oh/mh/tm/ras/vl

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!