NOUVELLES
01/09/2015 09:17 EDT | Actualisé 01/09/2016 01:12 EDT

Iran: arrestation de distributeurs d'habits imprimés de drapeaux américains et britanniques

La police iranienne a arrêté à Téhéran des distributeurs de vêtements imprimés de "drapeaux américain et britannique" ainsi que de "signes sataniques", qui ont été saisis dans des magasins, a rapporté mardi l'agence Isna.

Le chef de la police de Téhéran, le général Hossein Sajedinia, a déclaré que ses services avaient reçu depuis deux semaines des rapports faisant état de la "vente de vêtements avec les drapeaux américain, britannique et des signes sataniques", sans donner de détails.

"Ce matin, nous avons saisi ces vêtements et arrêté les principaux distributeurs", a déclaré le général Sajedinia, sans en préciser le nombre. Les magasins qui continueront à vendre de tels vêtements "seront fermés", a-t-il ajouté.

Ces arrestations se sont produites bien que "les Téhéranais sont peu enclins à acheter de tels vêtements", a déclaré le chef de la police.

L'Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980 après la prise en otage des diplomates américains par des étudiants islamistes.

Leurs relations se sont toutefois améliorées depuis deux ans notamment grâce au rôle joué par le secrétaire d'Etat américain John Kerry dans les négociations nucléaires entre l'Iran et les grandes puissances qui ont abouti à un accord le 14 juillet.

Les Etats-Unis restent l'"ennemi numéro un" de l'Iran malgré l'accord nucléaire, a néanmoins déclaré mardi l'ayatollah Mohammad Yazdi, président ultra-conservateur de l'Assemblée des experts, une des plus puissantes institutions d'Iran.

De son côté, la Grande-Bretagne a été accusée par l'Iran d'avoir, avec les Etats-Unis, renversé le régime nationaliste du Premier ministre nationaliste Mohammad Mossadegh en 1953.

Fermée en 2011 après avoir été saccagée par des manifestants hostiles au renforcement des sanctions contre l'Iran, l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran a rouvert récemment ses portes à l'occasion de la visite de Philip Hammond, premier chef de la diplomatie britannique à se rendre en Iran depuis 2003.

sgh/stb/vl

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!