NOUVELLES
01/09/2015 13:53 EDT | Actualisé 01/09/2016 01:12 EDT

Drapeau palestinien à l'ONU: Israël dénonce une manipulation

Israël a vivement dénoncé mardi les efforts des Palestiniens pour faire flotter leur drapeau au siège de l'ONU à New York, les accusant de "manipuler le système" et de nuire à la crédibilité de l'organisation.

Cette initiative "nuit directement à l'intégrité de l'institution", affirme l'ambassadeur israélien Ron Prosor dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et au président de l'Assemblée générale Sam Kutesa.

Les Palestiniens ont déposé la semaine dernière devant l'Assemblée un projet de résolution qui demande que les drapeaux de la Palestine et du Vatican, les deux seuls Etats non membres de l'ONU ayant statut d'observateur, soient "hissés au siège et dans les bureaux des Nations unies".

Ce texte pourrait être voté d'ici la mi-septembre.

Le Saint-Siège s'est ensuite démarqué de cette initiative, faisant valoir qu'elle serait contraire à la "longue pratique" de l'ONU, où ne sont déployés que les drapeaux des 193 Etats membres.

Un argument repris par M. Prosor, qui affirme que les Palestiniens "ainsi que le groupe arabe (à l'ONU) ont exercé de fortes pressions sur le Saint-Siège".

"Une fois de plus, l'Autorité palestinienne utilise cyniquement les Nations unies (...) pour marquer des points sur le plan politique", estime l'ambassadeur.

Il demande à MM. Ban et Kutesa, "en tant que gardiens de cette institution, de rejeter cette attitude agressive". "Il est temps de dire clairement (aux Palestiniens): ce n'est pas la bonne manière d'obtenir un Etat ni de faire la paix".

"Il appartient aux Etats membres de décider", s'est borné à déclarer à la presse le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric. "Nous nous conformerons à la décision de l'Assemblée générale" si la résolution est adoptée, a-t-il ajouté.

Les Palestiniens ont obtenu le statut d'Etat observateur non membre à l'ONU le 29 novembre 2012. Ils mènent depuis des mois une intense campagne diplomatique pour faire reconnaître un Etat palestinien.

Le projet de résolution palestinien est co-parrainé par une vingtaine de pays arabes, dont l'Arabie saoudite, le Maroc, l'Algérie, l'Egypte et la Jordanie, ainsi que par le Venezuela et le Sénégal.

Selon des diplomates, il a de bonnes chances d'être adopté étant donné le soutien dont disposent les Palestiniens à l'Assemblée.

Le président palestinien Mahmoud Abbas et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sont attendus à New York fin septembre pour la session annuelle de l'Assemblée générale. Juste avant, le pape François s'adressera pour la première fois à l'Assemblée.

avz/bdx

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!