BIEN-ÊTRE
01/09/2015 10:58 EDT | Actualisé 01/09/2015 10:58 EDT

Sorties d'automne: à la « chasse » aux champignons sauvages (PHOTOS)

Anne Pélouas

Un week-end à la campagne? On peut bien se balader simplement en région pour admirer la forêt arborant encore ses couleurs estivales ou se préparer à l’explosion arboricole automnale. On peut aussi s’initier à la découverte des champignons sauvages lors de sorties guidées, y compris en septembre. Et commencer ensuite à cueillir soi-même quelques espèces délicieusement comestibles. Le tourisme mycologique est très tendance ces temps-ci au Québec et les propositions d’ateliers, avec recherches en forêt, voire de week-ends gastronomiques axés sur ces produits foncièrement naturels « poussent comme des champignons »!

Pleins feux sur la cueillette dans la région de Kamouraska

Rendez-vous par une belle journée ensoleillée dans le Bas-Saint-Laurent. On quitte le bord du fleuve, à hauteur de Kamouraska, pour s’enfoncer dans les terres. Un long chemin de terre permet de s’acclimater à l’environnement qui sera le nôtre toute une demi-journée : une magnifique forêt dominée par les résineux, pins ou épinettes surtout. C’est aussi le territoire d’une chasse bien particulière, initiée cet été à la pourvoirie des Trois-Lacs : la « chasse » aux champignons ! On peut camper ou dormir sur place en chalet, comme venir seulement pour la journée découvrir ses sentiers, pratiquer l’autocueillette de champignons, moyennant un tarif de 8 $ (seulement pour les adultes), avec prêt d’un panier, carte des zones à privilégier, couteau et guide d’identification . En prime : un guide de la pourvoirie vous aidera à votre retour, en avant-midi, à reconnaître les champignons cueillis.

A défaut de bien connaître la « matière », le mieux est toutefois de participer à l’atelier mycologique de trois heures offert tous les jours jusqu’à mi-septembre. Il débute en plein air, avec force tableaux explicatifs, par un tour d’horizon du monde des champignons forestiers : les comestibles et les dangereux pour la consommation, les différentes espèces et leurs particularités : forme du chapeau et de son dessous, à lamelles, tubes, plis ou aiguillons; leurs couleurs, leurs saisons et habitats favoris, leurs modes de croissance, en solitaire ou en groupe…

(Le texte se poursuit sous la galerie)

Galerie photo La cueillette de champignons sauvages Voyez les images

Puis, avec la guide, on file dans le bois où commence la vraie « chasse », au pied des arbres, sur la mousse et les troncs morts, sous les feuilles comme en bordure des sentiers. On ramasse délicatement les champignons, pieds compris, pour les identifier avec la guide, privilégiant toutefois au final les comestibles. Car au retour, on apprendra aussi à bien nettoyer ces derniers pour une séance mémorable de dégustation de jolis bolets, chanterelles, pieds de mouton, armillaires ventrues, russules, lactaires, pleurotes…

Week-end nature et gourmand

Dans d’autres régions aussi, le tourisme mycologique fait sa marque. La pourvoirie du Lac Moreau, classée 5 étoiles comme « aubergiste de la forêt », est carrément une « destination » dans Charlevoix, entre les deux parcs nationaux de la région : celui des Grands Jardins et celui des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie. Elle offre un hébergement de qualité dans une belle bâtisse en bois rond ou en « glamping », dans de nouveaux prêt-à-camper. Ces tentes-prospecteurs très confortables sont installées dans un décor de rêve, au Camp des Sauvagesses-du-Cran-Rouge, en bordure de la rivière Malbaie.

Durant les prochains week-ends de septembre, on offre à cette pourvoirie d’originaux forfaits « gastronomie d’automne », incluant hébergement et repas préparés par la cheffe Annie Goulet, passée maître en cusine française mais aussi dans l’art d’apprêter des produits du terroir. Ses spécialités varient du wapiti au fromage bleu aux gaufres au saumon fumé en passant par des viandes de bois comme le sanglier, le faisan ou le cerf, et les champignons forestiers…

L’atelier de mycologie, animé par le biologiste Pierre Dulude et la cheffe elle-même, est compris dans le forfait. Pas n’importe quel atelier ! Celui-ci inclue en matinée une sortie guidée d’initiation à la cueillette de champignons sauvages et d’interprétation de la nature. On apprend le b.a.-ba de l’identification des espèces avant de prendre la clé des champs, ou plutôt du bois… Au retour, on prépare avec la cheffe une dégustation qui prend la forme d’un vrai atelier culinaire. Le tout avec un bon verre de vin !

Ailleurs

Tout près de Montréal, le parc national des Iles de Boucherville organise une causerie « découverte des champignons » les dimanches 20 septembre et 4 octobre prochains. Pour une première découverte de ce monde fascinant en compagnie d’un garde-parc mais, attention, pas question de ramasser des champignons dans les parcs nationaux du Québec. C’est interdit !

Dans les Laurentides, trois bonnes adresses vous attendent. Guylaine Duval, à la tête de Champignons sauvages de nos bois, propose à Saint-Adèle d’excellents ateliers d’initiation-dégustation. Gourmet sauvage fait de même à Saint-Faustin-Lac-Carré, en plus d’offrir une belle gamme de produits issus de la forêt (champignons, plantes…). A La Conception, le chef Frédéric Baësa, qui a créé Couleurs Gourmandes, propose jusqu’en octobre des forfaits initiation-dégustation ou repas aussi agrémenté de plantes sauvages.

Si vous attrapez la piqure du champignon forestier, le mieux est de prendre ensuite un cours sérieux et d’adhérer à un club de mycologues amateurs comme il en existe presque dans chaque région du Québec. Après l’automne, un nouvelle « chasse » vous attendra au printemps prochain.

Infos pratiques

-Site principal: www.mycoquebec.org

-Pourvoirie des Trois Lacs : 418 495-2054; www.mycotourismekamouraska.com

-Pourvoirie du Lac Moreau : 1 888 766-7328 ou 418 665-4400; www.lacmoreau.com

-Champignons sauvages de nos bois : 819 714-0206; www.champignonssauvagesdenosbois.com

-Gourmet sauvage : 819 688-1117; www.gourmetsauvage.ca

-Couleurs Gourmandes : 819 421-1351; www.couleursgourmandes.com

-Cercle des mycologues de Montréal : www.mycomontreal.qc.ca