NOUVELLES
31/08/2015 02:19 EDT | Actualisé 31/08/2016 05:12 EDT

Plusieurs centaines de migrants arrivent en gare de Vienne, venant de Budapest

Un train en provenance de Budapest avec environ 400 migrants à son bord est arrivé lundi soir en Bavière, dans le sud de l'Allemagne, après que la police hongroise eut renoncé à retenir les réfugiés qui campaient dans ses gares, a annoncé la police allemande.

Quelque 190 migrants ont été contrôlés à Rosenheim, au sud de Munich, puis conduits en car vers une ancienne caserne. Faute de pouvoir prendre en charge tous les passagers, 200 autres migrants ont poursuivi leur route jusqu'à Munich, a précisé la police à l'agence de presse allemande DPA.

Là, ces réfugiés principalement originaires de Syrie, d'Afghanistan et d'Erythrée ont été à leur tour conduits dans un bâtiment voisin de la gare et enregistrés, en attendant l'arrivée dans la soirée d'un autre train en provenance cette fois de Vienne, avec à son bord des migrants partis de Hongrie.

Les migrants arrivés en Allemagne font partie des quelque 2.000 personnes qui attendaient dans les gares de Budapest, transformées en camps de réfugiés improvisés ces derniers jours.

Les autorités hongroises, qui les empêchaient auparavant d'accéder aux trains en l'absence du visa nécessaire pour voyager dans l'espace de libre-circulation Schengen, les ont finalement laissés partir lundi à bord de trains à destination de l'Autriche et de l'Allemagne.

La police autrichienne a bloqué deux trains hongrois dans l'après-midi près de la frontière austro-hongroise, pour des contrôles, et n'a pas exclu d'arrêter d'autres trains. Mais plusieurs centaines de migrants sont arrivés en début de soirée à la gare de Vienne, en provenance de Budapest.

En principe, en vertu des règles européennes actuelles définies par le règlement de Dublin, les demandeurs d'asile doivent rester dans le premier pays de l'Union européenne dans lequel ils sont arrivés en attendant le traitement de leur dossier.

Les migrants voyageant dans d'autres Etats membres risquent donc d'être renvoyés vers le pays par lequel ils sont entrés dans l'UE.

Mais dans le cas des réfugiés syriens, l'Allemagne a annoncé la semaine dernière avoir renoncé à les renvoyer vers leur point d'entrée, s'engageant du même coup à les accueillir et instruire elle-même leur dossier.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le périlleux voyage des migrants vers l'Europe Voyez les images