POLITIQUE
30/08/2015 08:19 EDT | Actualisé 30/08/2015 08:20 EDT

Un maire ontarien compare les mesures de sécurité de Harper à celles de Hitler

PC

Le maire d'une ville ontarienne a fait l'objet de critiques, samedi, en raison d'un message qu'il a publié sur Twitter dans lequel il compare la décision des conservateurs d'embaucher d'anciens combattants comme agents de sécurité pour la campagne conservatrice aux mesures de protection adoptées par les dictateurs Adolf Hitler et Benito Mussolini.

Cette remarque a poussé le conservateur Jason Kenney à exiger des excuses du maire d'Oakville, Rob Burton. Ce dernier a obtempéré, mais seulement à l'égard des vétérans.

M. Burton a fait ce commentaire après avoir appris que d'anciens membres des Forces armées canadiennes agissaient comme agents de sécurité durant des événements auxquels Stephen Harper participe au cours de sa campagne, en plus des policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui assurent la protection du premier ministre.

« Quels partis politiques ont déjà eu une police privée composée d'anciens combattants? » a écrit le maire d'Oakville sur Twitter avec deux liens menant aux pages de Wikipédia consacrées aux Chemises brunes de Hitler et aux Chemises noires de Mussolini. « Est-ce qu'il y en a d'autres? »

Le message a suscité l'indignation de bien des internautes, l'un d'eux allant même jusqu'à créer le mot-clic #ResignMayorBurton (#DémissionneMaireBurton) sur Twitter. M. Kenney a aussi utilisé le populaire site de microblogage pour s'en prendre à Rob Burton.

« Le maire d'Oakville a comparé les vétérans canadiens qui travaillent dans le domaine de la sécurité privée à des NAZIS. Veuillez vous excuser », a-t-il écrit samedi.

M. Burton a affirmé que son but n'était pas d'attaquer les anciens combattants, mais bien de lancer un débat sur les formations politiques qui font appel à des agents de sécurité privés. Il voulait également exprimer son opinion selon laquelle l'embauche d'équipes de sécurité privées représente un recul pour les droits de la personne.

« Je parle des gestes posés par un parti politique, pas des gens à qui il a recours pour poser ces gestes », a fait valoir le maire en entrevue avec La Presse Canadienne. « À mes yeux, le fait que ces agents de sécurité privés soient des vétérans n'a pas d'importance. Je crois que ce à quoi nous assistons, c'est l'érosion de l'État de droit, des droits et des libertés... C'est un pas dans la mauvaise direction sur une pente glissante et dangereuse. »

Rob Burton a confié avoir été frappé par le fait que l'équipe d'anciens combattants, qui voyagent avec les représentants des médias dans la caravane de campagne des conservateurs, portaient des complets et des oreillettes comme les agents de la GRC chargés de protéger Stephen Harper.

L'un des membres de l'équipe de sécurité privée, un ex-tireur d'élite, a accompagné un homme jusqu'à la sortie d'une salle à Markham, en Ontario, jeudi, parce que ce dernier avait essayé de se mettre en ligne derrière les journalistes afin de poser une question au chef conservateur durant un événement.

M. Burton a dit s'attendre à ce que tous les militants conservateurs du pays fassent exprès de mal comprendre son point de vue et tentent de remanier l'histoire afin de reporter l'attention sur les vétérans.

Samedi, le maire s'est excusé auprès de tous les anciens combattants pour sa remarque, disant qu'il était désolé de les avoir blessés ou vexés et qu'il admirait le fait qu'ils soient allés se battre pour la liberté.

elections federales

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Vidéos insolites à ne pas manquer des élections fédérales 2015 Voyez les images