DIVERTISSEMENT
29/08/2015 06:16 EDT | Actualisé 31/08/2015 09:28 EDT

Fooled by the Fun: Katie Moore et son folk entre amis (ENTREVUE)

Courtoisie

De son propre aveu, la chanteuse montréalaise Katie Moore n’était pas tout à fait parvenue à créer le paysage sonore qu’elle souhaitait pour ses deux premiers albums. Or, son troisième encodé intitulé Fooled by the Fun semble refléter davantage ce qu’elle porte en elle depuis toutes ces années. Rencontre.

Elle avait choisi le lieu du rendez-vous, un parc dans le quartier italien. Un orage en début d’après-midi en a décidé autrement : ce fut finalement le café Italia sur le boulevard Saint-Laurent. Katie Moore est d’une simplicité désarmante et franchement agréable. On pourrait aussi mentionner sa touchante humilité. Pas étonnant qu’elle soit l’amie de tant d’artistes.

Entrevue en français ou en anglais ? Spontanément, elle a choisi le français, même si parfois les idées s’expriment un peu moins aisément.

« Montréal, c’est chez moi et j’aime parler en français », a envoyé celle qui est née en Alberta avant de suivre ses parents à Hudson (non loin de Montréal) en 1979, alors qu’elle était une enfant. C’est drôle, plus de trente années ont passé depuis, mais sa musique paraît être demeurée accrochée au mur d’une autre époque. Celle des années 1970. Rien de passéiste par contre. Car le réalisateur Warren C. Spicer (de Plants and Animals) est bien ancré dans le présent, tout comme les autres musiciens (dont Andrew Horton, Dave Payant, Mike O’brien, Jessica Moss et Nic Basque) qui ont collaboré avec Katie Moore pour Fooled by the Fun.

On pourrait dire que cette musique est intemporelle. Un folk délicat qui fait à la fois penser au travail des sœurs McGarrigle (Moore a apprécié la comparaison) et à la musique des grands comme Dylan ou encore Emmylou Harris, quant celle-ci se faisait plus folk que country. On y retrouve aussi des sédiments de soul et d’Americana qui nous rapprochent de tous ces autres artistes qui se sont longuement inspirés des grands symboles nord-américains, à commencer par les grands espaces, comme le lac et la montagne que l’on retrouve sur la pochette de l’album de la chanteuse.

Les jolies reprises de Baby Can I Hold You (Tracy Chapman) et de Tu ressembles à tous ceux qui ont eu du chagrin (Françoise Hardy) nous entraînent aussi dans des univers d’un autre temps.

Et pour lier les guitares, la batterie, le violon, puis la voix douce et tremblotante, Josh Dolgin (Socalled) a apporté une touche sensible à l’orgue, au piano et aux claviers (Leaving, Fooled by the Fun, No Rainbow Today). Son apport s’avère une belle surprise.

L’amitié

C’est dans un chalet de pêche dans l’État de New York que les premières idées de l’album auraient germé. Katie Moore était d’ailleurs accompagnée de certains des musiciens qui ont collaboré avec elle sur ce disque: « J’aime beaucoup la pêche. C’est très zen. »

« Anyways, les chansons sont finies depuis un an et demi. Elles ont été écrites çà et là. J’ai ensuite cherché un label (qui est Club Roll Music, fondé par le directeur de Pop Montréal Dan Seligman), entre autres. J’ai fait aussi plusieurs emplois en parallèle de la musique, pour gagner ma vie. J’ai fait de la cuisine, de la rédaction… J’étudie en ce moment aussi la traduction. J’aime les mots. »

Les mots, Katie Moore les maîtrise plutôt fort bien dans sa langue maternelle qu’est l’anglais. Pensons aux pièces Wildwinds et Find You Near. « L’écriture des textes n’est pas un exercice de confession, mais c’est définitivement personnel. Je dois vraiment croire aux paroles pour les interpréter. Par exemple, j’ai écrit beaucoup sur l’amitié. » La chanson-titre du disque Fooled by Fun fait également preuve d’une maturité évidente. Une chanson qui parle d’une fin de relation éprouvante.

« Je ne veux pas trop parler du thème de la chanson Fooled by Fun, juste parce que c’est très personnel. Mais bon, je peux quand même dire que c’est à propos de quelqu’un qui tente de t’oublier. De ton côté, tu espères que cette personne va passer par-dessus et se rappeler seulement qu’elle t’aime. Le titre réfère à toutes ces choses que l’on fait pour oublier une personne chère… Avoir du plaisir pour chasser les souvenirs. Tu sais, c’est comme si je disais : " Ne sois pas dupé par tous tes plaisirs, je suis encore là " (rires) ».

Certes, il y a des départs, mais il y a aussi ceux qui restent. Et ils sont nombreux dans l’entourage de Katie Moore. Non seulement Katie Moore a collaboré avec de nombreux artistes comme Gonzales, Socalled, Feist, Patrick Watson, The Barr Brothers, Joe Grass, Plants and Animals, El Coyote, elle a aussi beaucoup d’amis dans le milieu musical.

En fait, l’amitié est au centre de la création de son troisième album. « Pour moi, la musique, c’est d’abord le partage entre amis. Sans eux, ce ne serait pas la même chose… Être avec eux en studio c’est vraiment fun, c’est comme allez dans un summer camp. »

---

Katie Moore

Fooled by Fun

Folk, americana

Club Roll Music

Sorti le 28 août 2015

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les 15 chansons québécoises de l'été 2015 Voyez les images