Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un séisme de 4,6 serait attribuable à la fracturation hydraulique

VANCOUVER — Un tremblement de terre d'une magnitude de 4,6 dans le nord-est de la Colombie-Britannique la semaine dernière a été attribué à une opération de fracturation hydraulique.

Progress Energy, une entreprise appartenant à la multinationale malaysienne Petronas, a cessé cette activité après qu'un séisme dont l'épicentre était situé à 114 km de Fort St. John, le 17 août, eut frappé la région.

La commission du pétrole et du gaz naturel de la Colombie-Britannique a indiqué que la fracturation hydraulique avait aussi causé un séisme d'une magnitude de 4,4 qui avait été ressenti à Fort St. John et à Fort Nelson, en août 2014.

Selon un rapport de l'agence provinciale, près de 200 séismes survenant dans une zone s'étendant de Dawson Creek, à la limite de l'Alberta et de la Colombie-Britannique, au contrefort des Rocheuses en Colombie Britannique, peuvent être reliés aux opérations de fracturation hydraulique.

La commission avait lancé une enquête sur cette technique qui consiste à injecter un fluide à haute pression afin de fissurer une roche. L'industrie gazière l'emploie pour forer des puits.

Le ministre de l'Énergie et des Mines de la Colombie-Britannique, Rich Coleman, a ordonné que les opérations de forage doivent cesser immédiatement si un séisme atteignait une magnitude de 4,0. La commission doit aussi en être avisée.

L'entreprise a réagi mercredi en affirmant que la cause du plus récent séisme n'avait pas encore été établie.

«Les contreforts dans le nord-est de la Colombie-Britannique sont une zone sismiquement active. On y décompte plus de 6000 séismes par année; 99 pour cent d'entre eux sont si peu importants qu'on ne les ressent pas en surface», a affirmé un porte-parole de Progress Energy, Dave Sterna.

La Presse Canadienne

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.