Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un ministre polonais est «convaincu» de l'existence du train nazi

VARSOVIE, Pologne — Un important dirigeant culturel polonais a déclaré jeudi être «convaincu» de l'existence d'un train nazi chargé de trésors, que deux hommes prétendent avoir retrouvé après 70 ans.

Le ministre adjoint de la Culture, Piotr Zuchowski, a aussi demandé aux chasseurs de trésor qui arpentent le sud-ouest de la Pologne de cesser de chercher le train puisque celui-ci pourrait être piégé et dangereux.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, une légende locale raconte qu'un train allemand rempli d'or, de pierre précieuses et d'armes s'est volatilisé près de la ville de Walbrzych, alors que l'armée soviétique déferlait sur le pays.

Des chercheurs de trésors tentent de le retrouver depuis ce moment et, à l'époque communiste, l'armée polonaise et les forces de sécurité avaient elles aussi essayé de le retracer.

Plus tôt ce mois-ci, deux hommes, un Allemand et un Polonais, ont affirmé avoir retrouvé un train rempli d'armes et de biens précieux. Aucune preuve n'a toutefois encore été présentée au public.

Le ministre Zuchowski semble toutefois accorder une grande crédibilité à leurs affirmations et une conférence de presse est prévue pour vendredi.

«En lien avec l'information concernant la découverte (du train nazi) dans la région de Walbrzych, une augmentation de l'activité des chasseurs de trésors a été constatée, a dit le ministre par voie de communiqué. Je demande à la population de cesser ces recherches jusqu'à la fin des procédures officielles (...). On pourrait trouver à l'intérieur du train — qui existe, j'en suis convaincu — des matières dangereuses provenant de la Deuxième Guerre mondiale. Il y a de fortes chances que le train soit piégé.»

The Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.