Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nordiques: PKP se place en conflit d'intérêts, disent les libéraux

SAINT-GEORGES DE BEAUCE - Le chef de l'opposition officielle Pierre Karl Péladeau s'est placé en conflit d'intérêts mercredi en affirmant que la Caisse de dépôt pourrait investir dans le retour des Nordiques, dit le gouvernement Couillard.

«Ça illustre toute l'ambiguïté de la situation, a dit le premier ministre Philippe Couillard jeudi matin à l'entrée du caucus présessionnel de l'aile parlementaire du PLQ, qui se tient en Beauce. On ne sait plus qui parle. Est-ce que c'est l'actionnaire de contrôle de Québecor ou c'est le chef de l'opposition ou le chef du Parti québécois?»

«On ne peut pas être chef de l'opposition, encore moins premier ministre, et détenir le contrôle d'un groupe médiatique», dénonce Philippe Couillard.

La veille, Pierre Karl Péladeau a affirmé que l'État n'a pas à subventionner le retour des Nordiques. Toutefois, des fonds d'investissement pourraient être intéressés, a-t-il ajouté. «Si la Caisse [de dépôt et placement du Québec] est éventuellement sollicitée et considère que ça pourrait être une bonne affaire, ce sera à eux autres comme dirigeants de déterminer. Ce n'est pas moi qui vais prendre leurs décisions», a dit le chef péquiste.

Le premier ministre estime que la fiducie proposée par Pierre Karl Péladeau ne changera rien à la situation. «Je vous le demande, si j'étais ici devant vous et que je vous disais que je suis l'actionnaire de contrôle de Gesca, par exemple, ou un autre groupe de médias, mais, ne vous inquiétez pas, je l'ai mis dans une fiducie: est-ce que je serais correct? Est-ce que vous arrêteriez de me parler du sujet? Je ne crois pas», a-t-il illustré en anglais.

Philippe Couillard refuse de se prononcer sur le rôle que la Caisse de dépôts pourrait jouer dans le retour des Nordiques. «Ce n'est surtout pas aux politiciens de dire à la Caisse de dépôt quoi faire», dit-il.

Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, estime que le chef péquiste se trouve dans une «situation intenable». «On parle d'un acteur public de premier plan qui évoque la participation d'une institution publique, la Caisse de dépôt, dans sa compagnie, qu'il contrôle», lance-t-il.

«On appelle ça un problème de conflit d'intérêts, d'habitude», ajoute-t-il.

Pour le ministre Sam Hamad, peu importe que la Caisse investisse ou non, l'important est de ramener les Nordiques à Québec. «Je ne suis pas pour ni contre, bien au contraire, dit le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale. Ce qui est important c'est d'avoir une équipe à Québec.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Chefferie du PQ: les photos de la soirée

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.