Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Lien Mulcair et nazisme: le candidat conservateur ne regrette pas ses propos

OTTAWA — Après que son parti eut fait des excuses en son nom, un candidat conservateur du Québec soutient qu'il n'y avait rien de reprochable à établir un lien entre le prétendu «double discours» de Thomas Mulcair sur le projet d'oléoduc Énergie Est et la propagande nazie.

Dans une entrevue accordée à un journal local de la circonscription de Joliette, où il se présente comme candidat, Soheil Eid plaide qu'«on s'excuse quand on commet une erreur, et je n'en ai pas faite» et suggère que son commentaire a été mal interprété.

«Je n'ai fait que citer un vieux dicton, un dicton populaire, commun. Si les gens ne connaissent pas ce dicton et qu'ils n'interprètent pas bien mes mots, ce n'est pas mon problème», a-t-il confié au journal L'Action.

«Il se trouve que le dicton en question a été prononcé par le ministre de la Propagande nazie, mais il n'était pas question ici de faire un parallèle entre M. Mulcair et les nazis. Ça n'a rien à voir. Il s'agit d'une erreur d'illogisme», a complété le candidat.

S'il a accepté que le Parti conservateur achemine des excuses en son nom, mardi, c'était parce qu'on lui a que Thomas Mulcair «avait été blessé» par sa déclaration.

La formation politique n'a pas réagi à cette sortie médiatique, jeudi midi. Les conservateurs avaient indiqué mardi qu'il conservait sa place parmi l'équipe de candidats du Québec.

Soheil Eid avait puisé dans les citations attribuées au tristement célèbre Joseph Goebbels, ministre de la Propagande sous Adolf Hitler, afin d'étayer son propos au sujet du chef néo-démocrate.

En ouverture d'un message daté du 16 août, qui a depuis été supprimé, il a rappelé écrit la tristement célèbre citation du propagandiste en chef du Führer: «Mentez, mentez, mentez, encore et toujours, il en restera bien quelque chose!».

À partir de cette phrase, il a attaqué Thomas Mulcair, l'accusant de faire croire aux Albertains qu'il appuie le projet d'oléoduc Énergie Est tout en disant aux Québécois «qu'il mettra des bâtons dans les roues du projet».

Il y a quelques jours, Soheil Eid s'était exprimé sur sa page Facebook en réaction au retrait d'une candidate libérale de l'Alberta qui avait tenu des propos controversés sur Twitter il y a de cela quelques années.

En réponse à une internaute qui se réjouissait de ce dénouement, il avait plaidé que le retrait de cette jeune femme constituait «une atteinte à la liberté d'expression» et qu'à son sens, «nous nous sommes engagés collectivement sur une pente glissante, la chasse aux sorcières».

Il a ajouté, dans le même message, que «de plus en plus de gens se retiennent de dire ce qu'ils pensent, ils font de l'autocensure» et qu'«à la longue c’est très mauvais pour la démocratie».

Mélanie Marquis, La Presse Canadienne

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.