Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les Torontois ont-ils l'appétit nécessaire pour les Olympiques?

Le « peu d'engouement populaire » pour les Jeux panaméricains cet été à Toronto est de mauvaise augure pour une possible candidature olympique de la Ville, selon le professeur de marketing sportif André Richelieu.

Un peu plus de 1,1 million des 1,4 million de billets disponibles pour les Panam ont trouvé preneurs, soit 81 %.

Les organisateurs disent qu'ils sauront au cours des « prochains mois » si ce sera suffisant pour qu'ils atteignent leur objectif de recueillir 38 millions de dollars, grâce à la vente des billets.

Le professeur Richelieu de l'UQAM trouve « surprenant » que ces chiffres ne soient pas encore disponibles, dix jours après la fin des épreuves, soulevant la possibilité d'un trou budgétaire à ce chapitre.

Selon le professeur Richelieu, « on a évité la catastrophe » en matière de vente de billets pour les Panam, seulement à la suite d'un blitz de dernière minute, incluant un rabais de 25 % offert aux résidents. Or, Toronto a besoin, selon lui, de l'appui populaire pour se lancer dans l'aventure olympique.

Face à l'opposition populaire, le maire de Boston a retiré la candidature de sa ville pour les JO de 2024 en juillet dernier. Le maire de Los Angeles planifie maintenant de prendre le relais, même si nombre de résidents ont des réserves.

Lors des Jeux olympiques de Vancouver en 2010, plus de 97 % des billets avaient été vendus. Toutefois, les deux événements sont « complètement différents », selon la porte-parole de Toronto2015 Neala Barton, qui se dit « très contente » du nombre de billets vendus pour les Panam.

En cas de manque à gagner, la province devra éponger la facture.

Le maire est muet

Pour sa part, le maire de Toronto, John Tory, refuse toujours de se mouiller sur la question d'une possible candidature pour les Olympiques d'été de 2024. « On est maintenant en train d'analyser comment les Panam se sont déroulés, en plus de recueillir des renseignements sur le processus de candidature olympique et de consulter des membres du conseil, de la communauté d'affaires, du public et des deux paliers de gouvernement », indique le bureau du maire.

La Ville a jusqu'au 15 septembre pour manifester son intérêt.

De son côté, le président du Comité olympique canadien, Marcel Aubut, a cité les Jeux panam, qu'il a qualifiés de réussite, pour inciter Toronto à présenter sa candidature pour 2024.

Le professeur Richelieu croit, en revanche, que « Toronto n'a pas grand-chose à gagner » dans l'aventure. « Le coût des Jeux, dit-il, dépasserait largement les gains que l'on pourrait réaliser, que ce soit sur le plan économique, social ou sportif. »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.