Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La CSN fourbit ses armes en prévision d'un automne chaud

MONTRÉAL — La CSN fourbit ses armes en prévision de l'automne chaud qui s'annonce, tant dans les négociations du secteur public que dans le cadre de la campagne électorale fédérale.

Son comité exécutif était réuni toute la journée, jeudi, pour aborder ces dossiers, en plus de celui du débat sur les finances publiques.

La négociation avec les employés de l'État reste un enjeu incontournable pour la Confédération des syndicats nationaux, qui est un poids lourd du front commun des secteurs public et parapublic.

La CSN réunira d'ailleurs son conseil confédéral le 3 septembre pour faire le point avec ses syndicats sur la suite des choses, a indiqué en entrevue jeudi le président de la centrale, Jacques Létourneau.

Les parties ont négocié tout l'été, mais peu de progrès semblent avoir été réalisés, rapporte-t-on auprès d'autres organisations syndicales. Le gouvernement offre deux années de gel suivies d'augmentations de 1 pour cent pendant trois ans. Le front commun réclame 4,5 pour cent d'augmentation par année pendant trois ans.

Et déjà, le printemps dernier, la CSN avait eu le mandat de planifier l'exercice de la grève, au cas où. C'est dans cette optique que ses syndicats avaient discuté avec leur employeur respectif des listes de services essentiels à maintenir, en cas de déclenchement d'une grève cet automne.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.