Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des manifestants perturbent un point de presse de Couillard (VIDÉO)

SAINT-GEORGES DE BEAUCE - Des manifestants liés à la Fédération autonome de l'enseignement ont déjoué la sécurité au caucus présessionnel du PLQ qui se tient en Beauce jeudi et vendredi.

Quatre personnes ont surgi à quelques mètres du premier ministre Philippe Couillard au moment où débutait son point de presse dans le hall d'entrée de l'hôtel Le Georgesville, où se tient le caucus. «Le gouvernement Couillard abandonne l'école publique», ont-ils scandé munis de pancartes.

Les gardes du corps et policiers de la Surêté du Québec, très nombreux, sont rapidement intervenus pour escorter les perturbateurs vers l'extérieur.

Les quatre manifestants s'étaient installés au restaurant de l'hôtel pour attendre l'arrivée du premier ministre, a expliqué une des perturbatrices, Marie-Josée Dumas.

La FAE souhaitait dénoncer les compressions à venir dans les écoles publiques. «La rentrée scolaire 2015, elle s'effectue dans un contexte de compressions. Jamais n'avons nous vu autant de compressions dans le réseau des écoles publiques», a expliqué le président de la fédération, Sylvain Mallette.

«Il y a aujourd'hui des élèves qui sont privés de services, a-t-il ajouté. Les responsables des retards d'apprentissage, des difficultés d'apprentissage, ce seront Philippe Couillard et son équipe, qui ont fait le choix d'abandonner littéralement l'école publique.»

La FAE affirme que les compressions s'élèvent à 350 millions$, tandis que le ministre de l'Éducation François Blais chiffre le montant à 150 millions$.

Quant aux menaces de grèves des enseignants, le ministre Blais a servi une mise en garde aux syndicats. «C'est important que les syndicats respectent leurs contrats. Ils ont des contrats, ils doivent les respecter, a-t-il dit en anglais. Je suis confiant que la solution se trouve dans la négociation.»

Alors que l'automne s'annonce chaud, le premier ministre a promis de demeurer inflexible face aux pressions de la rue. «Les opinions sont entendues, dit Philippe Couillard, mais le gouvernement ne changera pas son mode de décision selon les manifestations ou des expressions d'insatisfaction.»

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.