Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Couillard: Péladeau doit clarifier sa situation par rapport à Québecor

SAINT-GEORGES-DE-BEAUCE, Qc — Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau ne peut pas aspirer à devenir premier ministre du Québec tout en restant à la tête d'un empire de presse, a réaffirmé jeudi le premier ministre Philippe Couillard.

Le chef de l'opposition officielle cultive l'ambiguïté entre ses deux chapeaux, celui de chef politique et celui d'actionnaire de contrôle de Québecor, selon lui.

Le temps est donc venu de clarifier sa situation, a fait valoir M. Couillard, en point de presse, en marge du caucus des députés libéraux réunis pendant deux jours en Beauce pour préparer la rentrée parlementaire du 15 septembre.

M. Couillard réagissait au fait que la veille, à Rimouski, M. Péladeau a évoqué la possibilité que la Caisse de dépôt et placement puisse éventuellement faciliter le retour d'une équipe de hockey à Québec grâce à une participation financière. Il a dit que cette décision revenait aux dirigeants de la Caisse.

Québecor a déposé cet été un dossier de candidature dans le cadre du processus d'expansion de la Ligue nationale de hockey, dans l'espoir de ramener les Nordiques à Québec. L'entreprise a annoncé en juillet qu'elle était à la recherche de partenaires financiers.

Sur le fond de la question, à savoir si ou non la Caisse devait se mêler de ce dossier, M. Couillard a dit qu'il ne revenait pas aux politiciens de dicter les investissements de la Caisse.

Le leader du gouvernement, le ministre Jean-Marc Fournier, a renchéri en se demandant si M. Péladeau s'intéressait davantage à Québecor qu'aux Québécois.

Il a réaffirmé que M. Péladeau se plaçait carrément en conflit d'intérêts.

Le point de presse du premier ministre a été interrompu par une poignée de manifestants, qui ont réussi à entrer dans l'Hôtel Georgesville, malgré d'imposantes mesures de sécurité.

Les manifestants, qui étaient des enseignants membres de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), critiquaient les compressions en éducation.

Ces manifestations ne modifieront pas le plan de match du gouvernement, a prévenu M. Couillard.

Jocelyne Richer, La Presse Canadienne

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.