NOUVELLES
24/08/2015 02:50 EDT | Actualisé 24/08/2015 02:50 EDT

Feu vert au projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel de Stolt LNGaz à Bécancour

Frans Berkelaar/Flickr
It was a rainy day.

Le gouvernement du Québec donne le feu vert à la construction de l'usine de liquéfaction de gaz naturel de Stolt LNGaz dans le Parc industriel et portuaire de Bécancour. Le premier ministre Philippe Couillard en a fait l'annonce lundi.

Il s'agit d'un projet de près de 800 millions de dollars en investissement privé.

À terme, 30 emplois devraient être créés à Bécancour pour assurer les opérations de l'usine, en plus d'une vingtaine à Montréal. Durant la construction, environ 200 travailleurs devraient être requis sur le chantier.

Par ailleurs, le chef de la direction de l'entreprise Stolt-Nielson Ltd, Niels Stolt-Nielsen, a annoncé avoir conclu des ententes de partenariat pour le transport du gaz naturel liquéfié avec la firme Somavrac, de Trois-Rivières, et avec le Groupe Desgagnés pour le transport maritime.

Un projet approuvé par le BAPE

Bien que le projet ait semé l'inquiétude chez certains citoyens et regroupements environnementaux, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a donné son aval à l'usine de liquéfaction de gaz en juin dernier.

On pouvait alors lire dans le rapport « qu'en raison des faibles impacts potentiels pour la communauté d'accueil et pour le milieu naturel, du fait que les risques technologiques associés aux activités de liquéfaction et de chargement du gaz naturel liquéfié seraient circonscrits à l'intérieur des limites du parc industriel, et de la taille comparativement modeste du projet, qui vise principalement les industries du nord-est du Québec et du Canada n'ayant pas actuellement accès au gaz naturel, la commission conclut que le projet de Stolt LNGaz est acceptable ».

Par ailleurs, le BAPE faisait valoir que le remplacement du mazout et du diesel par le gaz naturel contribuerait à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

À lire aussi :

Alimenter le Plan Nord

Selon le ministre Pierre Arcand, présent lors de l'annonce, il s'agit d'une excellente nouvelle pour le Plan Nord dont il est responsable. « L'accès à une énergie à un prix concurrentiel peut devenir un puissant levier de développement économique, a-t-il affirmé dans un communiqué. En ce sens, le gaz naturel liquéfié constitue une avenue intéressante tant pour répondre à la demande actuelle que pour attirer de nouveaux investissements, notamment dans le secteur des mines, puisqu'il peut être transporté par camion ou par navire. »

Galerie photo Les internautes partagent leurs photos de pollution sur Twitter Voyez les images