Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Procès Duffy: un témoin révèle l'existence d'opérations de gestion de crise

Sen. Mike Duffy shields his eyes as he arrives at the Senate on Parliament Hill in Ottawa on Tuesday, Oct. 22, 2013. THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick
Sen. Mike Duffy shields his eyes as he arrives at the Senate on Parliament Hill in Ottawa on Tuesday, Oct. 22, 2013. THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick

Un nouveau témoin a été appelé à la barre dans cadre du procès du sénateur déchu Mike Duffy sur le scandale des dépenses au Sénat. Il s'agit de Chris Woodcock, l'ancien directeur de la gestion des enjeux au sein du cabinet de Stephen Harper. Son témoignage était attendu puisque son nom était abondamment cité dans les courriels déposés dans la preuve.

M. Woodcock était en poste en 2013, soit pendant une partie des faits reprochés à l'ex-sénateur Duffy. Son rôle consistait à effectuer des veilles médiatiques afin d'identifier les nouvelles qui pouvaient être potentiellement nuisibles pour le parti conservateur.

Chris Woodcock devait en outre participer activement à du « damage control » pour minimiser les crises au sein du gouvernement. C'est d'ailleurs ce qui l'a amené à intervenir dans le dossier du scandale des dépenses des sénateurs.

Durant son l'audience d'aujourd'hui, il a expliqué qu'il avait communiqué avec les sénateurs empêtrés dans l'affaire afin éviter toute sortie médiatique impromptue.

Chris Woodcock a également affirmé avoir participé à la rédaction de communiqués et de « lignes de presse » avec l'aide de Mike Duffy. Cette nouvelle révélation pourrait confirmer l'argument avancé par les avocats de la Couronne selon lequel l'ex-sénateur n'était pas une victime, mais bien l'instigateur du stratagème.

Il a indiqué que Mike Duffy considérait que toute l'affaire ne représentait qu'une « chasse aux sorcières ». M. Duffy se croyait victime de l'acharnement d'un journaliste qui avait écrit plusieurs histoires à son sujet par le passé.

Le procès doit se poursuivre cette semaine à Ottawa. Il sera toutefois ajourné à la fin de la semaine, et ce, jusqu'à la fin de l'automne. Les audiences devraient normalement reprendre vers la troisième semaine du mois de novembre et se poursuivre jusqu'en décembre.

Le procès, qui avait débuté au printemps dernier, se prolongera donc au-delà du scrutin fédéral, prévu pour le 19 octobre prochain.

INOLTRE SU HUFFPOST

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.