NOUVELLES
21/08/2015 13:37 EDT | Actualisé 21/08/2016 01:12 EDT

Wall Street perd plus de 2%, frappée par les craintes sur la conjoncture mondiale

Wall Street perdait plus de 2% vendredi en cours de séance, évoluant à ses plus bas niveaux depuis le début 2015, les investisseurs fuyant le marché face aux craintes persistantes sur la conjoncture mondiale, notamment en Chine.

Vers 17H25 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 1,87%, soit 318,49 points, à 16.672,67 points, après avoir perdu jusqu'à 2,23%, et le Nasdaq, à dominante technologique, 2,08%, soit 101,23 points, à 4.776,88 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, reculait de 1,90%, soit 38,78 points, à 1.996,95 points.

La veille, le Dow Jones avait déjà perdu plus de 2%, tombant à son plus bas niveau de clôture depuis octobre 2014, et le Nasdaq près de 3%, dans la foulée d'inquiétudes mondiales sur la chute des cours de l'énergie et les perspectives chinoises.

"Hier, le marché a été décimé et ce n'est pas surprenant de voir cela continuer aujourd'hui", a jugé Michael James, de Wedbush Securities. "Les gérants de portefeuille réduisent leur exposition au risque depuis hier, dans l'espoir de réévaluer leurs positions une fois que cette négativité se sera dissipée."

Après plusieurs coups de semonce depuis le début de l'été, Wall Street semble cette fois plus nettement frappée par les inquiétudes sur la Chine, deuxième économie mondiale après les Etats-Unis, où la Bourse de Shanghaï a baissé de plus de 30% depuis la fin juin et a encore chuté vendredi après l'annonce d'une activité manufacturière à son plus bas niveau depuis six ans.

Les craintes à l'égard de la Chine et plus largement de l'économie mondiale relancent les inquiétudes relatives à une normalisation trop précoce de la politique monétaire de la Fed, qui maintient ses taux à un niveau presque nul depuis la fin des années 2000.

"Je ne sais pas si c'est la perspective d'un resserrement monétaire de la Réserve fédérale (Fed) ou tout simplement le ralentissement de l'économie mondiale" mais "les investisseurs tentent de moins s'exposer au risque, car les marchés financiers sont allés très haut par rapport à l'économie réelle", a résumé Jack Ablin, de BMO Private Bank.

Dans ce contexte, la chute de Wall Street frappait particulièrement plusieurs titres qui avaient bondi au premier semestre et dont les investisseurs semblaient désormais remettre en cause le potentiel de hausse: le groupe informatique Apple perdait 3,84% à 108,33 dollars et le service de vidéo en ligne Netflix 5,55%, à 106,25 dollars.

Considéré comme un refuge, le marché obligataire avançait légèrement, le rendement des bons du Trésor à dix ans baissant à 2,042% à contre 2,070% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,736% contre 2,743% comme la veille.

jdy/jld/elc

APPLE INC.

NETFLIX