NOUVELLES
21/08/2015 07:25 EDT | Actualisé 21/08/2016 01:12 EDT

Une autre journée à la baisse sur les Bourses nord-américaines

Les marchés nord-américains ont ouvert vendredi en nette baisse, l'accentuation de la contraction de l'activité manufacturière en Chine ajoutant aux inquiétudes des investisseurs sur la croissance mondiale.

Dernier en date d'une série d'indicateurs macroéconomiques décevants, l'indice PMI manufacturier « flash » publié vendredi suggère que l'activité manufacturière en Chine a connu en août sa plus forte contraction depuis la crise financière et conforte les craintes d'un atterrissage brutal de l'économie chinoise.

Cette annonce a fait chuter les marchés financiers à travers le monde, qui avaient déjà accusé le coup de l'effondrement des Bourses chinoises au début de l'été et de la dévaluation surprise du yuan le 11 août.

« Je pense que cette volatilité devrait persister au moins jusqu'à la fin de l'année », observe Nigel Green, directeur général de deVere Group. Il ajoute toutefois que « pour la plupart des investisseurs à long terme, les craintes d'une apocalypse financière à courte échéance sont exagérées ».

Cinq minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones perd 163,22 points, soit 0, 96 %, à 16 827,47 points. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,97 % à 2015,97 points et le Nasdaq Composite cède 1,64 % à 4797,72 points.

La Bourse de New York avait déjà perdu plus de 2 % jeudi, passant en territoire négatif sur l'année 2015.

Pendant ce temps au Canada

À Toronto, l'indice SP/TSX était en baisse de 65 points pour atteindre 13 671 points. 

Le dollar canadien s'échangeait à 76,42 ¢US à l'ouverture des marchés, vendredi, en baisse de 0,03 cent par rapport à la fermeture, jeudi.

L'once d'or était évaluée à 1155 $US, en hausse de 2,70 $. Le prix du baril de pétrole était en baisse de 17 cents à 41,15 $ US.

Prix des aliments à la hausse au Canada

Le taux annuel d'inflation a augmenté de trois dixièmes de point en juillet au Canada par rapport au mois précédent. Il se situait à 1,3 %.

Statistique Canada précise que la hausse, freinée par le coût de l'énergie, a surtout été attribuable aux prix plus élevés des aliments.

Au Québec, le taux d'inflation a également grimpé de trois dixièmes de point pour se fixer à 1,3 %