NOUVELLES
21/08/2015 07:06 EDT | Actualisé 21/08/2016 01:12 EDT

Un avocat algérien des droits de l'Homme, réfugié en Suisse, arrêté en Italie

Un avocat algérien spécialisé dans les droits de l'Homme et réfugié politique en Suisse avec sa famille depuis 15 ans, a été arrêté alors qu'il traversait la frontière italienne par le tunnel du Grand Saint-Bernard, ont annoncé vendredi les médias italiens.

Cet homme, Rachid Mesli, fait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis via Interpol par les autorités algériennes qui l'accusent de terrorisme.

La police d'Aoste (nord-ouest), contactée par l'AFP, n'était pas en mesure de confirmer l'information vendredi.

C'est en voyant son document d'identité lors du passage de la frontière que les policiers italiens du Val d'Aoste (nord-ouest) ont arrêté l'avocat mercredi et placé en garde en vue.

A bord de sa voiture, se trouvaient également sa femme et l'un de leurs trois enfants. La famille, qui réside à Genève, se rendait en Italie.

Selon les médias italiens, Me Mesli attend désormais la décision de la cour d'appel de Turin (nord-ouest) quant à son extradition.

Réfugié en Suisse depuis 2000, l'activiste algérien est le fondateur de l'association Al-Karama, qui dénonce la violation des droits de l'Homme dans les pays arabes.

Selon l'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty international, il avait été arrêté en 1996, accusé d'avoir "encouragé le terrorisme" après avoir défendu, en qualité d'avocat, des islamistes victimes de torture.

Les autorités algériennes l'accusent d'avoir fourni des informations à des organisations internationales telles qu'Amnesty.

Avant de se réfugier en Suisse, il a été condamné à trois ans de prison et victime lui-même de torture.

lrb/jlv/mda