POLITIQUE
21/08/2015 12:15 EDT

Le syndicat Unifor appelle au vote stratégique pour déloger les conservateurs (VIDÉO)

Le syndicat canadien Unifor appelle ses 305 000 membres à voter stratégiquement afin de déloger le gouvernement Harper. Au Québec, Unifor estime que le Nouveau Parti démocratique a le plus de chance de battre les candidats conservateurs.

Le président d'Unifor, Jerry Dias, n'a pas officiellement dit aux membres de voter NPD, mais il a déclaré qu'à son avis, Thomas Mulcair est le mieux placé pour gouverner le Canada. Pendant son discours, un candidat du NPD distribuait d'ailleurs du matériel promotionnel pour sa campagne.

Dans le cadre du deuxième Conseil canadien d'Unifor qui se tient dès aujourd'hui à Montréal, les 1000 délégués de partout au pays marchaient d'ailleurs ce midi dans les rues de la métropole « pour protester contre les politiques du gouvernement fédéral et sa mauvaise gestion de l'économie ».

Le plus grand syndicat du secteur privé au Canada

Unifor, acronyme de l'expression anglaise « Union for Canada » ou « Syndicat pour le Canada » en français, est issu de la fusion, il y a deux ans, des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) et du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP).

La plupart des membres font donc partie des secteurs de la fabrication, des communications et du transport, mais certains sont issus du domaine de la santé et de l'éducation, toujours en secteur privé.

Il est la deuxième plus grande organisation syndicale affiliée au sein de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), après le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« Le premier ministre Stephen Harper a le pire bilan économique de tous les gouvernements depuis la Seconde Guerre mondiale », a déclaré Jerry Dias, reprenant ainsi les propos du chef néo-démocrate Thomas Mulcair, qui affirmait il y a deux semaines que le gouvernement Harper a « le pire bilan de création d'emplois depuis la Deuxième Guerre mondiale » et « le pire bilan de croissance économique depuis la Grande Dépression [des années 1930] ».

« Le gouvernement conservateur a laissé tomber les Québécois et les Canadiens de tous les horizons, à l'exception des ultra-riches. Nous devons élire un nouveau gouvernement et tracer une nouvelle direction. »

— Jerry Dias, président d'Unifor

« Les conservateurs ont laissé tomber le Québec lorsque la crise financière a frappé alors qu'ils n'ont pratiquement rien fait pour l'industrie forestière et nos régions. Et que dire de leurs attaques contre les crédits d'impôt aux fonds de travailleurs comme celui de la FTQ qui représente un outil majeur pour l'épargne en vue de la retraite, » a quant à lui déclaré Renaud Gagné, directeur Québécois d'Unifor.

Un vote stratégique, teinté d'orangé

Lors de son allocution donnée aux délégués vendredi midi, Jerry Dias a appelé ses membres à un vote stratégique, en y allant d'une charge en règle contre Stephen Harper. M. Dias a notamment rappelé la promesse bafouée du premier ministre sortant d'abolir le sénat, martelé que la loi C-51 diminuait les droits individuels des Canadiens, et affirmé que des milliards de dollars avaient été détournés de la caisse de l'assurance chômage par son gouvernement.

Le président d'Unifor n'a pas cherché à cacher sa préférence pour le NPD, racontant avoir été très heureux de voir l'élection d'un gouvernement néo-démocrate en Alberta, et disant que cela lui donne espoir pour le 19 octobre prochain. Renaud Gagné a tenu sensiblement le même discours :

« À date, le candidat qui a le plus de chances de gagner, selon les sondages, c'est Thomas Mulcair. C'est généralement le NPD qui a des politiques plus progressistes. Pour nos membres, ce qui est important, c'est de sortir Harper dans un premier temps. »

— Renaud Gagné, directeur Unifor-Québec

À lire aussi :

Galerie photo Les plus grands syndicats du Québec Voyez les images