NOUVELLES
21/08/2015 04:51 EDT | Actualisé 21/08/2016 01:12 EDT

Séance de magie noire mortelle au Pakistan, l'"exorciste" en fuite

La police pakistanaise recherchait vendredi un soi-disant exorciste en fuite après avoir organisé une séance de magie noire qui a provoqué la mort d'une femme et de sa fille, asphyxiées par un feu censé éloigner leurs démons.

Ce fait divers a eu lieu dans le village de Kot Addu, à une soixantaine de km de Multan (centre), principale ville du sud du Pendjab, une région pauvre et reculée où les habitants consultent régulièrement des praticiens de magie noire pour se soigner.

Une femme de 40 ans et sa fille de 15 ans avaient ainsi été amenées chez un exorciste par un de leurs proches qui les disait possédées par des démons, a expliqué à l'AFP le chef de la police du district, Awais Ahmed Malik.

Elles sont mortes asphyxiées après que l'homme les a enfermées dans une pièce où il avait allumé un feu pour expulser ces soi-disant démons, a-t-il précisé à propos de cette affaire également confirmée par l'administration locale.

Selon le rapport d'autopsie, les deux victimes souffraient en fait de gastro-entérite, a-t-il ajouté.

La police a ouvert une enquête pour meurtre contre l'exorciste et une de ses assistantes, qui ont tous deux pris la fuite, selon M. Malik.

Les guérisseurs et autres sorciers sont monnaie courante au Pakistan, pays musulman encore très imprégné du mysticisme soufi qui favorise ces pratiques.

Ils y prospèrent dans ces contrées démunies, peu éduquées et très sensibles aux superstitions, en dépit de la désapprobation de certaines écoles de l'islam radical influentes dans la région.

En janvier dernier dans un village reculé du Sind (sud), un homme avait étranglé cinq de ses six enfants, apparemment parce qu'il était convaincu que ce sacrifice le doterait de pouvoirs magiques.

asq-mmg/ia/emd/as