NOUVELLES
21/08/2015 09:11 EDT | Actualisé 21/08/2016 01:12 EDT

Mondiaux-2015 - 1re journée: les vedettes entrent en piste

Dans une ambiance délétère d'allégations de dopage, rejetées par la Fédération internationale comme "sensationnalistes", l'athlétisme présente ses principales vedettes pour la journée inaugurale des Mondiaux samedi à Pékin, avec l'entrée en scène de Bolt, Gatlin, Lavillenie, Rudisha, Farah et Dibaba.

Dans le Nid d'oiseau, l'attention se portera d'abord sur les séries du 100 m, où la légende Usain Bolt offrira quelques précieuses indications sur sa forme.

Après une saison 2014 quasiment blanche et un début 2015 difficile en raison de problèmes physiques, l'octuple champion du monde a effectué une rentrée rassurante le 24 juillet à Londres, où il a couru, à une heure d'intervalle et sous la pluie, deux fois le 100 m en 9 sec 87/100e.

L'Américain Justin Gatlin, revenu de deux suspensions pour dopage, dont quatre ans la seconde fois entre 2006 et 2010, est invaincu depuis presque deux ans.

- 'Cadeau et malédiction' -

"Ma suspension a été un cadeau et une malédiction", avait assuré à l'AFP le New Yorkais, il y a un mois à Monaco.

La dernière défaite de Gatlin, 33 ans et leader dans les bilans mondiaux des 100 m (9.74) et sur 200 m (19.57), remonte au 6 septembre 2013 à Bruxelles. Au stade du Roi Baudoin, Bolt avait dominé le 100 m, en 9 sec 80/100e, reléguant l'Américain à la 4e place (9.94).

Si le sextuple champion olympique jamaïcain, considéré comme un athlète propre, devait succomber à un ex-tricheur, la seconde semaine des Mondiaux risqueraient de se muer en une triste procession.

Longtemps absente du débat, l'Asie espère participer à la finale de l'épreuve reine. C'est l'objectif du Chinois Su Bingtian, premier athlète de son pays sous les 10 secondes, et du Qatarien d'origine nigériane Femi Ogunode, déjà rattrapé par le passé par la patrouille antidopage.

Le Japon, à défaut de Yoshihide Kiryu, blessé, présente, mais seulement sur 200 m, le possible héritier de sa Majesté Bolt. Il s'appelle Abdul Hakim Sani Brown, d'origine ghanéenne par son père, également son entraîneur. Double champion du monde (100/200 m) chez les cadets le mois dernier à Cali (Colombie), Sani Brown, 16 ans, court plus vite que Bolt au même âge.

- Début de la quête pour Lavillenie -

La matinée sera consacrée aux qualifications et séries, en particulier de la perche masculine. C'est le domaine de Renaud Lavillenie, chef de file de l'équipe de France et autre tête de gondole de l'athlétisme mondial.

Le recordman du monde (6,16 m) et champion olympique n'a qu'un manque dans son palmarès: le titre mondial. Néanmoins, Lavillenie ne se met pas plus de pression.

"Ce sont les Mondiaux où je suis le plus serein et le moins anxieux", explique-t-il. Renaud Lavillenie dispute à Pékin les quatrièmes Mondiaux en plein air de sa carrière. Il a pour le moment décroché le bronze en 2009 et 2011, et l'argent en 2013.

D'autres têtes d'affiche profiteront de la première journée pour s'échauffer, notamment sur 1500 m l'Éthiopienne Genzebe Dibaba. Cette dernière, qui vient de battre le record du monde de la distance (3:50.07), s'attaquera ensuite au 5000 m pour un doublé inédit. Un autre seigneur descendra sur la piste, le Kényan David Rudisha, qui espère retrouver sa suprématie sur 800 m.

Le premier titre de ces Mondiaux sera décerné à l'issue de sa première épreuve, le marathon messieurs disputé en matinée. Histoire de se protéger de la chaleur, mais pas de la pollution.

La journée se clôturera avec le show attendu d'une autre star de l'athlétisme mondial, le Britannique Mohamed Farah sur 10.000 m. Le fondeur d'origine somalienne a lui aussi été dans la tourmente ces dernières semaines, avec deux enquêtes portant sur les méthodes de son entraîneur Alberto Salazar.

asc/cyb