POLITIQUE
21/08/2015 07:08 EDT | Actualisé 21/08/2015 09:49 EDT

Michèle Audette, candidate libérale dans Terrebonne

Facebook

Après avoir été défaite dans Manicouagan, la candidate vedette Michèle Audette se présentera pour le Parti libéral dans la circonscription de Terrebonne, a appris Le Huffington Post Québec.

L’ex-présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) se rend sur le terrain vendredi pour y rencontrer la permanence locale du Parti libéral et officialiser sa candidature.

« Ça s’est fait de façon naturelle, dit-elle. Je suis restée proche au sein du Parti libéral, j’allais même me proposer être bénévole à Québec pour aider. »

Avec le déclenchement hâtif des élections, les libéraux ont voulu combler les circonscriptions restantes. Mais Michèle Audette dit ne pas avoir voulu prendre la place de Francine Crevier Bélair dans Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères, qui a démissionné en raison d’un prêt personnel non remboursé.

« Je me serais mal vue arriver là alors qu’il y avait eu un processus démocratique auparavant, avec d’autres candidats à l’investiture », explique la candidate.

Audette, qui vit à Maliotenam à Sept-Îles, déménagera à Terrebonne le temps de la campagne électorale pour prendre le pouls des électeurs sur le terrain et mieux absorber les enjeux de la région.

La militante des droits des femmes autochtones y affrontera Michel Surprenant, candidat vedette chez les conservateurs, et Charmaine Borg, la députée sortante du NPD.

Mais la longueur d'avance de ses adversaires, qui font campagne depuis 19 jours déjà, ne lui fait pas peur. « Ma priorité, c’est d’être sur le terrain, d’ouvrir mes oreilles et mon cœur. Je vais être à l’écoute », promet Michèle Audette.

Elle précise qu’elle est « authentique » dans sa démarche. Elle veut être une voix forte au sein du parti de Justin Trudeau pour appuyer son plan de 2,6 milliards de dollars pour l’éducation des Premières nations et continuer de dénoncer l’inaction de Stephen Harper dans le dossier des femmes autochtones disparues ou assassinées.

Michèle Audette a été à la tête de l’Association des femmes autochtones du Québec de 1998 à 2004. Après un passage au Secrétariat à la condition féminine du Québec comme sous-ministre, elle est devenue présidente de l’AFAC en 2012.

À l’automne 2014, elle a tenté sa chance pour les libéraux dans Manicouagan. L’investiture a finalement été remportée par l’ancien maire de Longue-Rive, Mario Tremblay, qui avait blâmé une bénévole pour des propos souverainistes qui s'étaient retrouvés sur sa page Facebook.

Quant à son nouveau rôle au sein du programme d’administration publique autochtone à l’École nationale d’administration publique (ENAP), annoncé en mai dernier, il sera mis sur pause jusqu’au 20 octobre.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Élections fédérales 2015: candidats vedettes au Québec Voyez les images