NOUVELLES
21/08/2015 05:47 EDT | Actualisé 21/08/2016 01:12 EDT

Incidents entre migrants et policiers macédoniens à la frontière grecque: cinq blessés légers (AFP)

Au moins cinq migrants ont été légèrement blessés vendredi par des grenades assourdissantes lancées par des policiers macédoniens à la frontière avec la Grèce, a indiqué un journaliste de l'AFP sur place.

Toutefois, la police macédonienne a nié dans la foulée tout incident avec les migrants, qui tentent de passer par son territoire pour se rendre en Europe occidentale.

"Aucun incident n'a eu lieu, il n'y a pas eu de tirs de gaz lacrymogènes (...), a indiqué à l'AFP Ivo Kotevski, le porte-parole de la police.

Plus de 3.000 réfugiés, majoritairement des Syriens arrivés en Grèce, sont actuellement bloqués à la frontière après que le gouvernement macédonien eut décrété l'état d'urgence et renforcé la présence policière à la frontière pour empêcher le flux des migrants.

Les migrants, qui ont tenté de franchir les barbelés dressés à la frontière, étaient légèrement blessés surtout aux jambes par des éclats des grenades assourdissantes, qui ont provoqué une épaisse fumée blanche, selon les journalistes de l'AFP.

Les heurts entre policiers macédoniens et les réfugiés n'ont duré que quelques minutes, les réfugiés ayant mis les enfants et les femmes devant les barbelés pour empêcher de nouvelles violences.

"La police macédonienne nous a dit hier (jeudi) qu'elle nous permettrait de passer en Macédoine ce matin à 10H00 locales (07H00 GMT) et elle ne l'a pas fait", a déploré un Syrien de 27 ans.

Les réfugiés ont passé la nuit à la frontière en espérant pouvoir franchir la frontière. Ils ont allumé des feux pour se chauffer.

Les migrants arrivant sur les îles grecques par les côtes turques proches se dirigent ces derniers jours vers Athènes en bateau avant de prendre l'autocar ou le train pour la frontière gréco-macédonienne, à 600 km dans le nord de la capitale grecque.

Leur chemin les mène ensuite généralement, après la Macédoine, vers la Serbie, et la Hongrie, qui est en train d'ériger une clôture de quatre mètres de haut et 175 km de long à sa frontière avec la Serbie, pour les empêcher de passer.

bur-str/hec/at