NOUVELLES
20/08/2015 16:19 EDT | Actualisé 20/08/2016 01:12 EDT

Quatre roquettes provenant de la Syrie s'écrasent dans le nord d'Israël

JÉRUSALEM — Des combattants syriens ont tiré plusieurs roquettes vers le nord d'Israël, jeudi, poussant l'armée israélienne à effectuer des frappes de représailles, ont indiqué les autorités militaires de l'État hébreu.

C'est la première fois depuis la guerre du Kippour, en 1973, que des roquettes en provenance du territoire syrien s'écrasent en Israël.

Au total, quatre roquettes ont éclaté dans un champ de la Galilée, où des sirènes ont avisé les résidants du danger. Les projectiles ont déclenché de petits incendies, mais n'ont pas fait de blessé.

L'armée israélienne a déclaré avoir répliqué à l'attaque, sans toutefois fournir de détails. Elle a précisé que les roquettes avaient été tirées par le Djihad islamique, un groupe armé soutenu par l'Iran. L'attaque n'a pas été immédiatement revendiquée.

Israël a affirmé qu'il tenait le gouvernement syrien responsable des attaques menées depuis la Syrie. L'État hébreu a été sporadiquement la cible d'obus de mortier et de tirs depuis le début du conflit syrien en 2011, mais n'avait jusqu'ici jamais reçu de roquettes.

Dans le sud de la Syrie, un membre de l'opposition a révélé que des chars d'assaut israéliens avaient envoyé au moins quatre obus sur des positions tenues par l'armée syrienne et les forces progouvernementales près de la ville de Baath et du village de Khan Arnabeh.

Israël et la Syrie sont des ennemis jurés, et l'État hébreu a évité de prendre parti dans la guerre civile qui oppose le régime du président Bachar el-Assad à divers groupes, incluant l'État islamique, un groupe armé qui a imposé une interprétation stricte de la charia aux territoires qu'il contrôle en Syrie et en Irak.

L'armée israélienne a répondu aux attaques provenant de la Syrie à quelques occasions. Selon les militaires, certaines de ces attaques étaient accidentelles, alors que d'autres visaient intentionnellement les civils et les soldats israéliens.

Ian Deitch, The Associated Press